PARTAGER

International olympique ayant pris part aux JO 2012, Ibrahima Khaliloulah Seck a franchi un palier. Désormais, le longiligne milieu de terrain de Créteil (L2 France), auteur d’une grosse prestation en amical contre la Colombie (2-2, malgré une expulsion en seconde période, est international A’. Entretien

Comment s’est passée votre saison à Créteil ?

Elle a été un peu difficile parce qu’il ya eu des hauts et des bas. On avait bien débuté la saison mais à mi-parcours on a eu quelques difficultés. On s’est repris en se parlant entre coéquipiers. Sur le plan personnel, j’ai fait une bonne saison avec 35 matchs disputés en 38 journées.

Vous êtes quatre Sénégalais là-bas, comment se passe la cohabitation ?

La cohabitation se passe bien. On était trois Sénégalais à Épinal. Ensuite, on est parti à Créteil. C’est cette saison qu’Issa Ndoye nous a rejoints. Je peux dire qu’entre nous il n’y a pas de problème d’intégration car, Cheikh Ndoye, Christophe Diédhiou et moi, on était ensemble à Yakaar de Rufisque pendant 5 ans. Nous avons rejoint Épinal et Créteil ensemble. On vit en famille en France.

Qu’est-ce que cela vous a fait de revenir en sélection après avoir été international olympique ?

La sélection, c’est important pour moi, c’était un rêve étant jeune. Je serai toujours présent pour défendre les couleurs de mon pays.

Comment le groupe a vécu ce match nul contre la Colombie ?

C’était un groupe sympa, un mélange de Lions olympiques et de nouveaux. Le groupe n’était composé que de jeunes talentueux. On était à Toubab Dialaw pour la préparation.
Malgré le peu de temps passé ensemble, on a fait un bon match sur le plan collectif.

Beaucoup ont magnifié l’état d’esprit avec lequel vous avez joué…

Ben, c’était l’esprit d’un Sénégalais, on était super motivé. Le coach nous a dit qu’on est des Sénégalais et que l’on doit avoir du «jom» du «fula» et du «fayda» (globalement le sens de l’honneur, ndlr). En partant à Buenos Aires, tout le monde pensait qu’on allait perdre ce match, mais alhamdoulilah nous avons bien géré.

Quel a été le discours du coach Aliou Cissé ?

Comme vous le savez, Aliou Cissé a du caractère. Il nous a demandé d’être forts. On a joué avec un caractère de lion. Il nous a dit que nous représentons le Sénégal et que nous devons faire honneur à nos couleurs.

Que pensez-vous des adversaires du Sénégal en éliminatoires de la CAN 2015, l’Égypte et la Tunisie ?

Déjà, nous avons de bons joueurs. Si on est uni et que tout le peuple est derrière l’équipe, le Sénégal parviendra à se qualifier. Nous avons des adversaires prenables. Avec la volonté et de la motivation, on peut battre n’importe quelle équipe.

Croyez-vous en la qualification à la CAN 2015 ?

Bien sûr. On a de grands joueurs qui évoluent dans différents championnats européens.

Avez-vous un modèle de joueur ?

Je dirai Xabi Alonso. Je suis supporteur du Real Madrid.

Enfant, quel joueur sénégalais vous a le plus marqué ?

Ça va être compliqué de répondre à votre question. Je sais que Cheikh Tidiane Ndoye (son coéquipier à Créteil et en équipe nationale A’) m’a beaucoup marqué (rires).

Suivez-vous le Mondial 2014 ?

Bien sûr, en famille et peut-être bien à mon retour en France.

Quels sont vos favoris ?

Le Brésil et l’Allemagne.

Pensez-vous que les Africains peuvent aller loin ? 

Bien sûr, ils peuvent aller loin. La Côte d’Ivoire est présentement la meilleure équipe africaine, mais elle est dans une poule compliquée. Jusque-là, les équipes africaines quittent la compétition en quart de finale. Prions pour qu’elles dépassent ce cap.

 

 ©Stades