PARTAGER
Pape bouba diop

L’élimination du Sénégal en quarts de finale du Mondial- 2002 par la Turquie reste en travers de la gorge de Séga Sakho. Selon l’ancien international, se focaliser sur les quarts de finale relevait d’un manque d’ambition.

«Nous n’avions pas d’ambition. Se contenter des quarts de finale, c’était manquer d’ambition», a indiqué Séga Sakho. Selon lui, en 2002, le Sénégal pouvait bien atteindre les demi-finales «Pourquoi ne pas aller en demi-finale ou en finale et remporter la Coupe du monde ? En 2002, on a raté le coche, alors qu’on pouvait aller en demifinales », a-t-il ajouté. Séga Sakho, qui soutient que sa génération n’a rien à envier à celle dite de 2002, rappelle que le Sénégal a toujours eu de grands joueurs. «On a toujours eu de très grands joueurs : «Blek» Ciss, «Boy Bandit», Roger Mendy, Jules François Bocandé et avant les Mbaye Fall, Badou Gaye, El Hadj Malick Sy «Souris», Ndoffène Fall, Seydou Bâ, Matar Niang… Voilà de grands footballeurs que j’ai connus». Selon lui, le manque de médiatisation a plombé le talent de ces joueurs. «C’est regrettable car à l’époque, les médias n’étaient pas nombreux. On n’avait qu’une seule radio et une seule télévision. C’est dommage que les gens n’aient pas eu la possibilité de les regarder jouer», regrette l’ancien international qui a porté les couleurs de la JA et du Jaraaf. «La génération de 2002 a eu la chance d’avoir émergé à un moment où il y avait un boom médiatique au Sénégal et dans le monde. Mais c’estune génération qui nous a procuré beaucoup de joie», reconnaît-IL.

©Stades