PARTAGER
Alain Giresse

Après quatre années d’attente, de matches de qualifications, la Coupe du monde va enfin débuter. Trente-deux pays ont réussi leur examen de passage et ont le privilège d’y participer. Ce Mondial se disputant au Brésil, cela ajoute au prestige de la compétition. Ce pays reste en effet le meilleur représentant du football, de par son palmarès mais aussi par l’idée que l’on se fait de ce sport et que les joueurs brésiliens incarnent depuis toujours.

Le Mondial est un événement attendu par tous. D’abord les pays qui souhaitent que leur  équipe nationale défende avec fierté les couleurs de la patrie et fasse honneur à tout un peuple. Les supporters qui espèrent vibrer sur les prestations de leur équipe et voir celle-ci leur donner des moments de joie intense et des souvenirs pour l’éternité.

Pour les joueurs, c’est un rêve d’enfant qui se réalise. Car malgré leur statut de joueur  international, participer à une Coupe du monde représente le sommet d’une carrière.

Malheureusement, pour certains d’entre eux, cela ne pourra pas se réaliser. En effet, on doit constater et déplorer l’absence de joueurs marquants de certaines sélections. Notamment Falcao et Ribéry et peut être Ronaldo.

C’est regrettable pour la compétition elle même, qui sera privée de joueurs talentueux, et bien plus encore pour leur sélection respective. Cela est un handicap certain. La faute à des saisons très chargées et à leur importance dans leurs clubs. Joueurs indispensables pour l’atteinte des objectifs de ces clubs, ils sont trop sollicités au cours de la saison régulière.

 La sélection doit donc compenser avec ces défections. Non pas en mettant un joueur du même niveau, ce qui est impossible compte tenu de la qualité des absents, mais en renforçant le collectif par un système tactique qui permettra à l’équipe de présenter un jeu cohérent et efficace. Bien sur, il manquera toujours ce joueur capable de faire la différence à lui tout seul.

Il faut alors faire prendre conscience à l’ensemble du groupe qu’il y a suffisamment d’atouts dans l’effectif pour réaliser une performance. Cela nécessite, de la part de l’ensemble du staff, une autre approche dans l’élaboration du travail afin d’apporter tous les éléments techniques et tactiques répondant à cet état de fait : être privé de son meilleur élément.

Le temps qui reste avant l’ouverture de la compétition étant compté, chaque séance d’entrainement doit être utilisée avec beaucoup de justesse et d’à-propos afin d’optimiser le rendement du collectif en compétition.

Il peut y avoir, également,  l’éclosion d’un joueur, aujourd’hui moins connu, mais qui se révèle durant cette compétition – comme Ribéry, en 2006, pour la France – et qui apporte de nouvelles possibilités à son équipe.

Souhaitons que chaque participant aura réussi sa préparation, malgré certaines contrariétés et que nous aurons un spectacle à la hauteur de l’attente que nous avons pour une coupe du Monde.

Waasport