PARTAGER
Moustapha-Diallo

Vainqueur de la Coupe de France, Moustapha Diallo estime avoir rempli son contrat à Guingamp, le club où il a passé cinq saisons. Parlant de la sélection nationale, le milieu de terrain sénégalais dit mériter sa place au vu de sa prestation en club. Entretien

Moustapha, Guingamp se maintient en Ligue 1 et remporte la Coupe de France, une belle saison n’est-ce pas ?

Après cinq ans passés à Guingamp, je pense que j’ai valablement rempli mon contrat avec le club. La saison 2013-2014 sera à jamais gravée dans ma mémoire. Non seulement c’est ma première saison en Ligue 1, mais j’ai joué 37 matchs avec l’équipe même si j’ai été un moment suspendu. Je pense avoir été régulier et cela est un motif de satisfaction pour moi.

Qu’avez-vous ressenti après avoir remporté la Coupe de France ?

J’ai surtout pensé au Sénégal que j’ai dignement représenté au Stade de France. Ce n’est pas donné à tout le  monde de jouer une finale de Coupe de France et de surcroît de la remporter. Je pense que nous avons mérité ce titre pour avoir consenti des sacrifices.

La Coupe de France faisait-elle partie de vos objectifs ?

Ce n’était pas évident au début parce que l’objectif c’était d’assurer le maintien. On ne pensait même pas à faire un tel parcours en Coupe de France. Mais au fil des rencontres, on s’est dit pourquoi ne pas foncer parce que tout était possible. Aujourd’hui, nous avons doublement atteint notre objectif. On assure le maintien en Ligue 1 et on décroche par la même occasion la Coupe de France.

Ne pensez-vous pas avoir atteint la finale par accident ?

C’est vrai que nous avons eu de la baraka pendant tout le parcours. Parce qu’en Coupe de France, on a juste écarté que des petites équipes jusqu’en demi-finale où on est tombé sur la grande équipe de Monaco. Mais grâce au soutien de tout le monde, on a pu escalader cette montagne. Face à notre destin, on s’est dit qu’il fallait écrire l’histoire du club. Donc, je pense que nous sommes vraiment à notre place parce que rien ne nous a été offert.

Qu’est-ce qui a été déterminant en finale face à Rennes ?

Le match avait une saveur particulière parce que c’est un derby breton. Sur le terrain, on a montré plus de volonté et d’envie que Rennes. C’est ce qui nous a permis de remporter la finale.

Cinq ans que vous êtes à Guingamp, n’est-il pas temps pour vous d’aller voir ailleurs ?

Je veux effectivement aller voir ailleurs. Mais, cela ne veut pas dire que je partirai coûte que coûte. Guingamp est une équipe qui m’a tout donné, les supporters m’apprécient bien et j’ai le respect du président du club ainsi que de l’entraîneur. Donc, vous comprenez que quitter le club ne sera pas chose facile. Surtout qu’après avoir gagné la Coupe de France, on sera en coupe d’Europe.

Y’a-t-il des contacts ?

Bien sûr que oui. Là, mon agent Thierno Seydi est en train de voir, mais mon club ne veut, pour aucune raison, me laisser partir prétextant qu’il y a une Coupe d’Europe qui attend l’équipe. Maintenant, on verra s’il y aura une offre intéressante qui se présentera.

Quel objectif vous êtes vous fixé à moyen et long termes ?

C’est de jouer le plus longtemps possible dans le haut niveau et ensuite revenir en équipe nationale du Sénégal.

Donc vous pensez toujours à la sélection nationale ?

Je n’ai qu’une seule envie : défendre les couleurs de mon pays. J’ai toujours représenté le Sénégal dans toutes les catégories et je continue à le représenter dans mon club. Avec l’expérience que j’ai capitalisée, il n’y a pas de raison de ne pas revenir en équipe nationale.

Voulez-vous dire que vous avez votre place en sélection ?

Je n’ai pas dit que j’ai forcément ma place, mais je pense que j’ai valablement acquis l’expérience qui peut me permettre de postuler à une place au milieu de terrain de l’équipe A du Sénégal. Maintenant, j’attends toujours l’appel du coach.

On a l’impression que votre non-sélection vous surprend ? 

Sincèrement, j’ai été surpris de ne pas voir mon nom figurer sur la liste pour les deux derniers matchs amicaux. Je suis le seul Sénégalais à avoir joué et gagné la Coupe de France. J’ai presque joué tous les matchs de championnat. À vrai dire j’attendais le coup de fil d’Alain Giresse. Maintenant que ce n’est pas fait, je ne vais pas baisser les bras, je continuerai à travailler pour mériter sa confiance.

Vous avez espéré faire partie du groupe du Sénégal qui a joué les deux derniers matchs amicaux face au Burkina Faso et au Kosovo ?

Bien sûr, j’ai réussi une belle saison et en fin de parcours j’ai tenu le coup. Je n’ai craqué en aucun moment. Je pense qu’au-delà de mes prestations en Ligue 1, la rencontre que j’ai livrée contre l’AS Monaco plaidait grandement en ma faveur parce que Monaco est l’une des meilleures équipes de France.

Votre non-sélection n’est-elle pas due à la concurrence dans l’entrejeu ?

On ne porte pas le maillot national quand on le veut, il est sacré. La sélection nationale du Sénégal est une grande équipe qui doit accepter la concurrence pourvu qu’elle soit loyale. Il y a de bons joueurs partout, mais si on fait appel à moi, il m’appartiendra de batailler pour mériter la confiance du sélectionneur.

Vous partagez la même équipe que Thibault Giresse, le fils du sélectionneur national du Sénégal. Vous parle-t-il de ça ?

Si pourtant. Après chaque match, il me chambre me disant : «là, je sens que tu es prêt pour l’équipe nationale du Sénégal. Je dirai à mon papa que tu es au top». Mais, le problème c’est que ce n’est pas Thibault Giresse qui convoque les footballeurs. C’est un mec très sympa. Mais bon, si je dois être sélectionné ce ne sera pas par défaut, mais plutôt par le mérite.

Stades

Comments are closed.