PARTAGER

Bacary Sagna, l’arrière droit de l’équipe de France qui prendra part à la coupe du monde 2014, est resté fier de ses racines sénégalaises et africaines, a déclaré son père Bassirou, dans un entretien exclusif avec l’APS.

‘’Il a compris que même s’il est né en France, il demeure Sénégalais et Africain’’, a indiqué le père de l’international français, en vacances au Sénégal.

Le dernier voyage de Bakari dans son pays d’origine date de l’année dernière.

 »A la fin de la saison dernière entre mai et juin exactement, il est venu passer une partie des vacances », a rappelé l’ancien joueur du Casa Sports qui est arrivé avec des équipements sportifs, dons de son fils pour l’équipe fanion du sud du pays.

Bacary Sagna avait offert en mai un lot d’équipements sportifs composé de 17 protèges tibia, 22 ballons, 17 sacs de sport et du matériel de musculation, entre autres.

Le joueur avait été représenté à la cérémonie, au Cercle amical de Ziguinchor, par son père Bassirou Sagna, un ancien du Casa Sports.

En 2010, Bacary Sagna, natif de Ziguinchor, avait octroyé à ce club, une part de sa prime de qualification à la coupe du monde 2010 qui s’était déroulée en Afrique de Sud.

 »Bacary Sagna sait que les difficultés matérielles se posent avec acuité dans son pays d’origine. Il n’est pas difficile de le convaincre de faire de tels gestes », a dit son père. Selon lui, en plus des équipements sportifs, il a refait le stade de Bagaya (département de Bignona).

Bassirou Sagna, qui s’apprête à retourner en France, après avoir passé quelques jours de vacances, attend que le joueur d’Arsenal (élite anglaise) annoncé à Manchester City, prenne part au bukut, la grande cérémonie d’initiation en pays diola.

‘’Comme tous les Diolas qui se respectent, il doit passer par cette cérémonie, il sait que j’y tiens’’, a insisté l’ancien joueur de l’équipe junior du Casa Sports qui dit avoir été l’aîné de Jules Bocandé au Casa Sports.

 »Je continue à veiller que mon fils, star du football, ne coupe pas le cordon ombilical, entre son pays d’origine et son pays d’adoption, », a assuré Bassirou qui ne s’imaginait pas le voir évoluer avec les Bleus.

‘’Bacary a tout fait pour jouer avec le Sénégal’’, a-t-il rappelé, affirmant que son fils, qui était à l’époque au centre de formation d’Auxerre, avait fait avec lui toutes les démarches possibles et imaginables.

Selon lui, Bacary Sagna jouait en DH (division d’honneur) avec un jeune footballeur sénégalais sélectionné chez les Espoirs (olympiques). Mais il relève que l’actuel arrière droit des Bleus lui avait annoncé son envie de rejoindre l’équipe nationale du Sénégal.

‘’Il a appris que les matchs de l’équipe du Sénégal, c’était la fête, les chansons et la danse dans les tribunes. Il voulait vivre cette ambiance, mais malgré nos démarches, il a été snobé’’, a-t-il regretté.

En plus d’avoir pris contact avec la Fédération sénégalaise de football (FSF), Bassirou Sagna informe avoir contacté, via des amis, le consulat du Sénégal à Paris (France) et des entraîneurs nationaux de l’époque.

‘’Ces derniers avaient promis de me rappeler mais rien n’a été fait et un d’entre eux a attendu de voir Bacary Sagna se faire sélectionner par la France pour me rappeler’’, a-t-il dit.

Il a ajouté :  »à ce moment, c’était trop tard, le jeune footballeur avait eu l’impression que son pays d’origine ne le prenait pas au sérieux ».

 »Ce ratage est toujours resté en travers de la gorge », a dit Bassirou Sagna qui va attendre fébrilement la coupe du monde 2014 avec le souhait de voir son fils et sa sélection aller le plus loin possible.

Titulaire à la coupe du monde 2010, Sagna a perdu du terrain face à Mathieu Débuchy (Newcastle, Angleterre) qui est souvent titularisé sur le côté droit de la défense des Bleus.

 

APS