PARTAGER
LSFP

A l’exception de Yeggo qui a déjà fait ses valises pour la Ligue 2, le débat est loin d’être clos aussi bien dans la bataille pour le titre que se livrent désormais le Diaraf et l’As Pikine que pour la lutte pour le maintien très mal engagée par le Duc.
Le compte à rebours a déjà commencé. A trois journées de la fin du championnat, les choses se précisent peu à peu mais seules quatre formations ont déjà assuré leur maintien dans l’élite. Il s’agit du Diaraf, de l’As Pikine, du Port et du Casa Sports. Derrière ce quatuor, 9 équipes se battent pour éviter la vague infernale qui a déjà emporté Yeggo. Mais, le feu est déjà passé à l’orange pour certaines d’entre elles. C’est le cas de l’Us Ouakam, de la Linguère et de Niary Tally qui n’ont besoin que d’un point pour assurer l’essentiel. Touré Kunda et Ngor devront, en revanche, s’imposer alors que Diambars, qui ne compte que six points d’avance sur le premier relégable, le Duc, devra encore attendre l’avant-dernière journée pour connaître le sort qui lui sera réservé dans cette fin de saison époustouflante. Le club de Saly qui a déjà concédé 9 défaites, le pire bilan d’un champion en titre de l’ère professionnelle, vit dans un stress permanent depuis le début de la saison, incapable d’enchaîner les bons résultats.
Mais, la situation des partenaires de Salim Mamadou Ndaw est moins compliquée que celle des Etudiants du Dakar université club, premier relégable avec 3 points de retard seulement sur la Suneor et 6 sur Diambars, deux équipes qu’ils devront battre pour se donner encore un espoir. 

Duc – Suneor, comme une finale du maintien 
L’entraîneur des Etudiants veut encore y croire. « Ce n’est pas encore fini. Si nous battons la Suneor, nous  revenons dans la course et ils ont un calendrier plus compliqué. Donc, rien n’est perdu », croit Abdou Karim Mané. Le suspense tiendra jusqu’au bout. Mais, même si le coach estudiantin croit dur comme au maintien, il n’en demeure pas moins que la situation est des plus compliquées. Les choses ne s’annoncent pas aisées et pour cause, croit Victor Diagne, « ces derniers temps, la Suneor a su se remobiliser. Par contre, les Etudiants jouent bien, mais ça manque de détermination, surtout au niveau des supporters. Il n’y a rien derrière qui les motive pour gagner un ou deux matches ». Néanmoins, l’ancien coach éphémère du Diaraf prévient : « Ça va être extrêmement difficile pour eux de se maintenir, mais attention aux Etudiants qui ont beaucoup d’expérience et qui savent comment négocier les matches ». En tout cas, ils bénéficient d’un calendrier plus favorable avec deux matches à disputer à domicile, là où les « Huiliers » vont effectuer deux déplacements, tous aussi compliqués que ce qui attend le Duc.

Le Diaraf et Pikine, duel sans merci pour le titre
La Suneor devra, en effet, affronter le Duc, Touré Kunda et l’As Pikine tandis que les Universitaires recevront les « Huiliers » avant de faire face à Diambars et terminer par le Port.  Autant dire que le match entre ces deux équipes, la journée prochaine, vaut plus qu’une finale où le perdant risque gros.  Un match plus qu’intéressant pour donner un peu plus de piment à une Ligue 1 où la bataille du trône n’engage plus que deux équipes, le Diaraf et l’As Pikine qui ont déjà fait le vide autour d’eux. Et si les « Vert et blanc » mènent le bal avec quatre longueurs d’avance sur les dauphins Pikinois, ces derniers n’ont pas dit leur dernier mot et comptent mettre la pression sur le leader jusqu’à l’ultime combat. Mais, malgré la résistance des Banlieusards, la plupart des techniciens voient le Diaraf remporter la bataille finale. « Je vois le Diaraf aller jusqu’au bout parce que l’équipe a atteint une certaine maturité qui lui permettra de gérer les matches qui restent.
Il a des joueurs d’expérience qui ne vont pas baisser les bras alors qu’ils ont leur destin en main », pense Pape Boubacar Gadiaga, coach de Diambars. Mais, à voir le programme des trois dernières journées, les supporters du Diaraf ont de quoi avoir peur : Niary Tally, le Port et l’Us Ouakam ; les journées prochaines n’annoncent rien de rassurant.  Les choses semblent en effet plus légères pour les Pikinois qui recevront la Linguère avant de se rendre à Ngor et terminer à domicile avec la Suneor. Passionnant !

Lesoleil