PARTAGER

L’Equipe nationale féminine de football du Sénégal devait s’envoler ce matin pour Yaoundé dans le cadre du match retour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations face au Cameroun, prévu dimanche à Yaoundé. Après le nul (1-1) à l’aller, les Lionnes auront fort à faire pour barrer la route aux Lionnes Indomptables, dans leur fief de Yaoundé. Surtout avec un voyage qui s’annonce des plus périlleux.

Et cela, après une préparation de près d’une semaine à Mbour. En effet, le voyage à Yaoundé ne sera pas une partie de plaisir pour les Lionnes. Autant dans les aires que sur terre. «Faute de places disponibles, il a été finalement décidé que l’équipe voyagera en deux parties. Un premier groupe va partir sur Abidjan demain matin (aujourd’hui) avant d’être rejoint, dans l’après-midi par l’autre groupe pour prendre la direction de Douala», informe le technicien sénégalais précisant que la délégation est composée d’une vingtaine de personnes. Au-delà de l’escale d’Abidjan pour une partie de la délégation, le reste du trajet, prévu en bus, durera près de quatre tours d’horloge, informe le reste du staff technique. «Ce n’est pas facile de rallier le Cameroun. Ensuite, le match est prévu à Yaoundé. Il faudra quatre heures de route pour y aller», informe Bassouaré Diaby. Raisons pour lesquelles, le staff technique en collaboration avec la Fédération sénégalaise de football, ont anticipé le départ de la délégation.   Sur le terrain, Mamy Ndiaye et ses copines auront la lourde responsabilité de renverser la tendance afin de décrocher le ticket pour la phase finale de la Can, prévue cette année, en Namibie. Habitué à la phase finale de la Can, le Cameroun a disputé les derniers Jeux Olympiques de Londres et reste un sérieux candidat pour la phase finale. Et cela, malgré le nul concédé à Dakar.
Toutefois, l’optimisme du staff technique est toujours de mise. Même si les conditions difficiles de déplacement et le nul concédé à domicile n’arrangent pas les choses, Bassouaré Diaby croit encore à une qualification de ses «Filles». «J’ai pris le temps de revoir le match aller. J’ai noté beaucoup de choses avec mon staff et qui peuvent, si on les corrige, nous permettre de réaliser un exploit à Yaoundé», note-t-il. Au lendemain du match aller, l’entraîneur des Lionnes avançait les mêmes assurances : «C’est encore jouable. Et on a la conviction de pouvoir passer le cap». Face à l’adversaire, qui selon lui, n’a pas été «dangereuse en attaque», mais plutôt dans l’entrejeu, le technicien sénégalais demande à ses joueuses «de jouer libre, sans se mettre de pression.»

 

Lequotidien