PARTAGER
cisse-aliou

Dans un entretien accordé à l’ancien quotidien sportif Tout le Sport, Habib Bèye, ancien défenseur des Lions et consultant sur la chaîne Canal Plus, voyait Aliou Cissé devenir naturellement  le futur sélectionneur de l’équipe nationale de football du Sénégal. Ce scenario semble se dessiner petit-à- petit pour l’ancien capitaine des Lions de 2002 et par ailleurs actuel coach de l’équipe bis du Sénégal. Le  nul concédé (2-2) par son équipe devant la Colombie, mondialiste, en amical, samedi dernier et ses apports antérieurs lors des JO 2012 sont un clin d’œil à la fédé.

La maturité d’Aliou Cissé, entraineur de  l’équipe bis du Sénégal se matérialise au fil  du temps. En illustration, l’exploit de sa formation face à la Colombie (2-2), mondialiste, en match amical, samedi dernier. Cette  prouesse arrive à l’instant où les Lions A marchent sur des œufs. Pire coïncidence, certes, mais un fait qui donne matière à réflexion.  Plein d’enseignements. Premièrement, cet exploit met une pression sur Alain Giresse qui devrait jouer ce match. Mais, il a cédé la main  à l’équipe Olympique, parce que  ses poulains allaient être  en vacances à la date du 31 mai convenue pour cette rencontre. Psychologiquement, c’est un poids. Secundo, ce résultat met sur orbite dans sa marge de progression, celui qui était préposé être l’adjoint du manager français. Une montrée en puissance. Entraineur adjoint lors des JO 2012, l’ancien joueur de Birmingham City promu coach des Lions Olympiques est en train de semer le doute dans l’esprit de ceux  qui doutaient de sa capacité à gérer dans le haut niveau. Depuis son retour au pays, Aliou Cissé a cousu son équipe de toutes pièces dans des conditions pas évidentes. Avec une panachée de joueurs locaux et expatriés, Cissé a reconstruit et refondé l’équipe Olympique dont la quasi-totalité des joueurs se retrouvent  en sélection A.  Avec le tâtonnement de Giresse, Cissé se présente comme un vrai challenger. Tout y est pour la réalisation de ce scenario.

Perte de valeur de l’expertise étrangère

Entre l’expertise locale et étrangère, le Sénégal ne sait plus à quel saint se vouer. Amara Traoré et Joseph Koto n’ont pas pu saisir la chance pour l’expertise locale qui a repris le flambeau après les faux pas des poursuivants de Bruno Metsu qui sort du lot avec un palmarès de finaliste de la Can et quart finaliste du mondial de la même année 2012. Au regard des errements d’Alain Giresse, on n’est pas loin de passer à un nouveau renouvellement. Aliou Cissé pourrait être un prétendant sérieux dans la nouvelle décision qui optera sans doute pour l’expertise locale.

La situation financière du pays

Le ministre des Sports, Mbagnick Ndiaye avait, concernant le dossier du coach des Lions, fait savoir que l’État ne serait pas prêt à payer plus de 20 millions de nos francs à un sélectionneur national. Et il n’y a pas longtemps, M. Ndiaye a exprimé son souhait d’amoindrir le budget du football, au profit d’autres disciplines déshéritées. Malheureusement, il a retourné sa veste pour investir prochainement 900 millions dans le football mais avec un intérêt particulier pour l’équipe A. L’État y croit mais il n’est pas loin de reculer vis-à-vis d’un entraineur étranger coûteux, mais sportivement qui apporte peu. Dans ce cas, la candidature d’Aliou Cissé, extirpée d’une soixantaine de candidatures, lors du dernier choix des fédéraux pourrait bien être une priorité. Parce qu’à bon prix. Et, il continue de poser des jalons. Surtout le caractère de l’homme …….

La génération de 2002,  un blocage

Choisir Aliou Cissé sera comme une récompense pour bonne conduite. Ce choix ne souffrirait d’aucune contestation. Le Sénégalais lambda, encore nostalgique des œuvres de la génération 2002 et n’importe quel acteur de cette date historique, demandeur d’un service concernant l’équipe nationale, donnera son avis favorable. Surtout, quand il s’agit de l’ex-capitaine, Aliou Cissé, on n’hésiterait pas à le satisfaire, pour avoir été un des éléments clé de cette consécration. Son bénévolat avec les olympiques et récemment en équipe nationale A au Niger lui tresse déjà les lauriers. Seul bémol, le soutien du lobby qui a échoué pour faire revenir Bruno Metsu à ses côtés.

Rewmi