PARTAGER

À 20 ans, Mory Diaw poursuit sa progression au Paris Saint-Germain, club qu’il a rejoint en 2009-2010. Quatrième dans la hiérarchie des gardiens de but du club de la capitale, le jeune portier vous retrace son parcours.

Vainqueur de la Coupe de la Ligue et, sauf retournement de situation, sacré sous peu champion de France pour la deuxième saison de rang, le Paris Saint-Germain confirme sa domination sur le football français. Une situation qui s’explique bien évidemment par l’effectif cinq étoiles dont dispose Laurent Blanc mais, pour en arriver à ce niveau, outre le travail effectué par le staff, l’importance des coéquipiers de l’ombre et autres jeunes permettant aux stars d’exprimer quotidiennement tout leur talent doit être mis en lumière. Et Mory Diaw fait partie de ceux-là. À 20 ans, le jeune gardien de but est l’un des sparring-partners privilégiés d’Ibrahimovic, Cavani et consorts, chauffant les gants alors que les attaquants règlent la mire à l’échauffement à coup de frappes.

Contacté par nos soins, le portier vous raconte son parcours : « J’ai commencé le foot à l’AS Poissy, dans les Yvelines, où j’ai joué jusqu’à 15 ans, avant de prendre la direction du FC Versailles pour une année. J’ai ensuite été recruté par le PSG pour y intégrer le centre de formation. Ma principale qualité, c’est le fait de mesurer 1,97m, ce qui est un bon atout pour un gardien de but. Après, j’ai aussi un bon jeu au pied. Mon idole, étant jeune, c’était Tony Sylva. Il était le gardien de but de notre sélection sénégalaise, on peut dire que c’est un peu lui qui m’a donné envie d’être gardien de but. Mais il y a aussi Edwin van der Sar, à l’époque de Manchester United, que j’aimais beaucoup ».

Et s’il est encore loin de ses modèles, le natif de Poissy savoure son aventure dans la capitale : « C’est la trajectoire que tous les jeunes aimeraient avoir. Je suis passé par toutes les catégories à partir du centre de formation, mais je n’oublie pas que j’ai eu des débuts très difficiles au PSG. Malgré tout, j’ai été fort mentalement, et je suis bien où je suis aujourd’hui. Je suis très fier de ma trajectoire jusqu’ici ». Fier du chemin qu’il trace à Paris, celui qui est quatrième dans la hiérarchie derrière Sirigu, Douchez et Maignan n’a pas changé au cours des années, en dépit de l’arrivée de galactiques : « Pour moi, ça a surtout changé au niveau médiatique, plus que dans nos têtes. Dès que les gens entendent PSG, ils pensent directement aux stars, mais il ne faut pas oublier qu’on a toujours été performant chez les jeunes. Après, c’est clair qu’on progresse beaucoup avec de si grands joueurs. Ils sont toujours au top. Ce n’est pas eux qui se mettront à mon niveau, mais c’est à moi d’atteindre le leur, donc forcément on progresse plus vite ainsi ».

Une progression que le dernier rempart poursuit au PSG. Mais pour combien de temps ? Telle est la question. En effet, ayant signé l’été dernier un contrat professionnel d’une saison en faveur des Rouge-et-Bleu, l’homme qui compte six matches avec la CFA cette saison pourrait bien changer d’air. Mais le bon soldat préfère se focaliser sur une seule et unique chose, sa progression : « J’ai des objectifs personnels, c’est clair. Mon objectif principal, pour le moment, c’est de continuer à progresser. Je suis dans ma dernière année de contrat avec le PSG, mais je préfère ne m’occuper que du terrain. Pour tout ce qui est du reste, j’ai ma famille qui s’en charge ». Sera-t-elle de bons conseils ? Réponse au prochain épisode.

FM