PARTAGER
Sénégal

Le Sénégal affrontera le Gabon, le 21 mai prochain, à Libreville, en match amical comptant pour les préparatifs des éliminatoires de la Can 2015. Après le Mali, c’est la deuxième rencontre consécutive  des Lions, avec une ancienne équipe coaché par Alain Giresse.  Une obsession ?

Croiser le Gabon, tout juste après le Mali, deuxième ancienne formation sous la coupole d’Alain Giresse, n’est pas loin d’être une obsession. Visiblement, un résultat est escompté. A beau vouloir déguiser les faits, on ne peut pas masquer certaines intentions autour du choix des adversaires des Lions, en match amical. Sans vouloir chercher la petite bête, il y a bien des constats qui s’imposent. Dans la quête d’une victoire pour asseoir une ascendance psychologique sur son groupe, le manager français ne s’essaye-t-il pas avec les adversaires qu’il maitrise le mieux ? Au sortir de la rencontre amicale contre le Mali (1-1) qui coïncidait aux sixièmes matches nuls, la presse sportive dans sa majorité s’en était prise aux statistiques des Lions 6 matchs nuls, 1 défaite, 2 victoires en 9 matches. Certains  ont ouvertement critiqué le système de jeu du  sélectionneur  français. D’autres, par contre, de façon très frontale, ont remis en question la capacité du coach à gérer les Lions.  Peut-être, y a-t-il une part de vérité dans ces préoccupations. En tout cas, on peut déduire de la tournure des choses que l’intérêt de Giresse est de parfaire son image. Ce qui semble éclipser celui de jauger les Lions. Dans tous les cas, il y  a intérêt aujourd’hui à redresser la barre. Dans cette perspective, le choix est tombé «malencontreusement» sur le Gabon, une autre sélection  connue du technicien français. On ne peut pas remettre en question le niveau des Panthères. Ce sont de bons sparring Partners. Mais tout comme les maliens, ils ne cachent pas assez d’intimité à Giresse. Ce qui fait penser que le technicien français cherche absolument a s’auto-évaluer. Il a déjà posé des jalons dans ces équipes, ses successeurs ne  font que consolider ses acquis. A-t-il donc l’intention de prouver indirectement quelque chose, qu’il n’a peut être pas réussi avec ses anciennes formations ? Va-t-il redorer son blason avec ses vieilles connaissances ? C’est sans doute l’objectif visé.

 

REWMI