PARTAGER
cisse-aliou

Le chantier des équipes nationales jeunes est encore loin d’être terminé. Alors que le Sénégal s’apprête à abriter la Can U20 en 2015, la Fédération sénégalaise de football espère profiter de cet évènement pour donner un coup de pouce à sa politique dont la réussite passe, selon Mbaye Diouf Dia, le chargé des compétitions jeunes à la Fsf, par une plus grande responsabilisation d’Aliou Cissé, actuel entraîneur des Olympiques.

L’entraîneur malien expliquait qu’ils ont mis en place un programme qui leur permettait d’avoir les joueurs en équipe nationale trois fois par semaine, les autres jours étant consacrés aux clubs. Le Sénégal ne pourrait-il pas adopter cette méthode ?

Je crois qu’on ne peut pas adopter la même chose. J’en ai discuté avec le directeur technique. Cela se faisait d’ailleurs au Sénégal, on l’appelait « les trois jours des équipes nationales ».  Mais c’est assez difficile de le faire maintenant, parce que si les clubs refusent, on n’a aucun pouvoir sur eux. Aujourd’hui, nous avons des jeunes qui sont surclassés en ligues professionnelles.  

Mais cela ne devrait tout de même pas exclure des regroupements réguliers ?

Non, pas du tout ! Chaque quinzaine, nous avons prévu de faire une région. Nous allons mettre sur place un bon planning. Par exemple, nous allons peut-être mettre ensemble, pendant deux ou trois jours, les régions de Sédhiou, Ziguinchor et Kolda. Avec les directeurs techniques départementaux et régionaux, les cibles seront triées et, ensemble, nous allons faire plusieurs matches pour voir les jeunes qu’on mettra en regroupement conjointement. 

L’équipe nationale Juniors a aussi livré des matches amicaux. Y a-t-il un programme déjà ficelé, en vue de la préparation de la Can 2015 que le Sénégal organise ?

Pour les Juniors, il y a un suivi permanent, et ce sont tous des joueurs qui évoluent en ligue première avec leurs clubs. Le reste, c’est à l’entraîneur de trouver des périodes de regroupements fermes, parce que la compétition internationale n’a rien à avoir avec celle locale. Nous avons invité la Gambie, il y a le tournoi de l’Ufoa 2 qui sera organisé à Dakar avec quatre équipes séniors, et nous allons mettre les Juniors. 

Quels sont les objectifs pour Sénégal 2015 ? 

D’abord une préparation optimale de notre équipe, pour qu’elle nous représente dignement. Mon premier objectif, c’est d’abord d’être, au pire des cas, parmi les quatre premiers pour pouvoir être à la Coupe du monde. Mais, quand on veut être quatrième, qui est un objectif qu’il faudrait absolument réaliser, il faut viser la première place.

Il se murmure qu’une refonte est en gestation dans l’organisation des équipes nationales jeunes et qu’Aliou Cissé devrait être le socle de cette architecture. Qu’en est-il exactement ?


Je crois que sur ce sujet, la direction technique est mieux habilitée à répondre. 
Aliou Cissé a une vision. Un entraîneur, c’est d’abord une professionnalisation dans le travail et il y a des méthodes nouvelles qu’il faut appliquer à chaque sélection. J’ai pratiquement fréquenté tous les entraîneurs que nous avons sur place. Pour avoir vu toutes les équipes nationales, même les « A », je pense qu’Aliou Cissé a les dispositions nécessaires pour sortir le football sénégalais de ses difficultés. Je suis convaincu qu’il peut être un bon socle de relance pour le football des jeunes. Aujourd’hui, le lien entre les Juniors et les Olympiques ne se sent pas. Or, cela doit être une continuité. Donc, mon souci le plus urgent est qu’on mette Aliou Cissé aux Juniors qu’il va accompagner jusqu’aux Olympiques, pour pouvoir déboucher sur une campagne claire et nette. Parce que tous les problèmes qu’on a aujourd’hui sont dus au fait qu’on a cassé l’équipe Olympique qui était à Londres. Si cette source-là était pérennisée, on n’aurait pas connu tous ces déboires. On vient de le comprendre, mais malheureusement, on a perdu une année.

 

Lesoleil