PARTAGER

Dernier de Ligue 1 avec quinze points de retard sur le premier non relégable à cinq journées de la fin, Ajaccio évoluera en Ligue 2 la saison prochaine. L’officialisation pourrait intervenir samedi, à… Bastia lors du derby corse. Pour Francefootball.fr, Ricardo Faty a accepté de faire le bilan.

«Ricardo, même si ce n’est pas encore officiel, Ajaccio jouera en Ligue 2 la saison prochaine. Quel sentiment prédomine ?
De la frustration. On avait une mission : maintenir le club en Ligue 1. Et on a échoué. On a laissé beaucoup d’énergie, on a énormément travaillé, avec un groupe de qualité, mais on a failli. On est bons derniers, décrochés. C’est frustrant, surtout de cette manière.

L’officialisation de votre relégation pourrait intervenir ce samedi à… Bastia, lors du derby corse. Ça ajoute encore un peu plus de frustration ?
Sincèrement, non. On savait que la descente nous pendait au nez. Ça aurait pu arriver la semaine dernière, ça sera peut-être ce week-end ou la semaine prochaine. Nous on se focalise sur le match, parce qu’il est très important pour nos supporters. On aura à cœur de le gagner pour eux, et pour grappiller quelques points de plus.

Vous faites une meilleure deuxième partie de saison. Comment l’expliquez-vous ?
On joue beaucoup mieux depuis le début de la phase retour, on montre beaucoup plus de choses. On a déjà digéré le gros travail physique effectué en début de saison, et puis il y a eu des retours de blessure, que ce soit moi ou Benoit Pedretti. L’équipe a commencé à montrer un vrai visage de Ligue 1 au début des matches retour. Malheureusement, on avait pris beaucoup trop de retard avant.

On a aussi l’impression que vous jouez plus libérés depuis que la relégation est devenue inévitable…
C’est vrai aussi. On a joué avec beaucoup moins de pression et ça aide…

Cela vous laisse des regrets ?
Pas spécialement. On avait à cœur de faire une bonne saison dès le départ. Mais pour beaucoup de raisons, on n’a pas bien commencé. Et quand on rentre dans une spirale négative, c’est très difficile d’en sortir. Les mauvais résultats se sont enchaînés, on a eu beaucoup de blessés… On aurait pu mieux faire mais c’est comme ça, c’est le football…

N’est-ce pas finalement Ravanelli qui aurait plombé la saison ?
Il est venu avec de bonnes intentions, une grosse motivation. Mais aussi avec ses principes. Et ils ne correspondaient finalement pas à notre club. Ça a créé un décalage et on a pris beaucoup de retard. Lui découvrait un nouveau Championnat, nous un mode d’entraînement différent et ça n’a pas collé.

Qu’a-t-il vraiment changé au juste ?
Le côté physique. L’avant-saison a été très très intense et ça s’est vu pendant la phase aller. On manquait de fraîcheur, il y avait pas mal de blessés. C’était vraiment dur…

Comment jugez-vous votre saison à titre personnel ?
Je suis déjà content d’être revenu à 100% de mes capacités après ma blessure (tendon d’Achille) qui m’a éloigné des terrains pendant six mois. J’ai repris en décembre et aujourd’hui je me sens bien. J’ai mis deux buts, délivré deux passes décisives en une quinzaine de matches. Globalement, je suis content même si collectivement c’est dur après une saison pareille.

Vous êtes sous contrat jusqu’en juin 2015. Un départ cet été est-il à l’ordre du jour ?
Inévitablement. J’ai 27 ans, et j’avoue que la Ligue 2 ne fait pas vraiment partie de mon plan de carrière. Le club pourrait aussi récupérer un petit peu d’argent avec mon transfert. Pour le club et pour moi, je pense qu’il est mieux que je parte. Je vais finir les matches qu’il reste à jouer et on verra ensuite comment ça se passe.

Vous privilégiez la Ligue 1 ou l’étranger ?
La Ligue 1 reste ma priorité. Même si Paris écrase un peu tout, ça reste un Championnat attractif. Après, j’aime beaucoup la Serie A aussi, ça pourrait être intéressant. J’étudierai toutes les propositions que je recevrai mais je suis serein par rapport à ça.»

 

FF