PARTAGER
Casa sports de Ziguinchor

Ce n’est pas encore la crise, mais elle est proche au Casa Sports. La succession des mauvais résultats de l’équipe, qui avait habitué ses inconditionnels à meilleur que ce qu’elle offre ces derniers temps, est en train d’installer le doute. La réaction des dynamiques supporters du club lors de sa dernière sortie en championnat contre le Port est un avertissement à prendre au sérieux.
Le coach adjoint Simon Kabou aura beau se faire rassurant, mais il a de la peine à convaincre. L’équipe du Casa Sports ne séduit plus. « On a bien  joué, et c’est sur une erreur défensive qu’on a pris un but. Mais on a dominé tout le match », se défend-il pour  justifier l’échec (0-1) de ses joueurs face au Port, dimanche dernier, lors de la 16e journée du championnat de Ligue 1. Certes, mais le coach adjoint du Casa Sports aura de la peine à rassurer les nombreux et vaillants supporters du club qui commencent à douter. D’ordinaire dynamique dans les tribunes, dimanche, la chorale a perdu la voix en fin de partie. La déception était l’état le mieux partagé dans les rangs des supporters du club. Un douzième homme cité en exemple pour son dynamisme dans les tribunes et que toute équipe aurait aimé avoir derrière elle. A la fin du match contre le Port, sanctionné par une défaite, la 7e de la saison, certains n’ont pu contenir leur déception. Toujours présents, de la première à la dernière minute, et ce, malgré le résultat de l’équipe, les supporters ont affiché hier, une mine triste. A ce rythme, n’y a t-il pas des risques de désaffection des supporters ? Simon Kabou ne se fait pas de soucis à ce niveau. En effet, d’après l’adjoint de Demba Ramata Ndiaye, la mauvaise passe de l’équipe ne va pas déstabiliser le moral des supporters. Tenant à rassurer que cela ne va « rien provoquer comme choc au niveau des supporters », il les invite « à être encore plus sereins, rester derrière cette équipe et l’accompagner » dans les moments difficiles. Un message qui aura de la peine à passer dans les rangs. A la seule condition que l’équipe redresse la tendance, alors qu’il est encore temps.
« On continue à travailler », promet Simon Kabou. N’ayant désormais que la Coupe du Sénégal comme seul front au menu pour sauver sa saison, l’équipe se bat également pour conserver sa place dans l’élite. Premier non relégable à mi-parcours, le  Casa Sports reste, en effet, à la portée de Niarry Tally, le deuxième condamné à la relégation à dix journées de l’arrivée. Un petit point les sépare. Autant déduire que tout autre faux-pas est formellement interdit pour Mamanding Kidiéra et ses coéquipiers. Un défi à relever avec des supporters douchés par des résultats décevants. Mais Simon Kabou se veut rassurant,  d’autant  plus que son équipe parvient à se « procurer des occasions… ». Contre le Port, lors de leur dernière sortie, « il y a que le but qui manquait ». En tout cas, l’efficacité sur l’offensif, c’est ce qui manque à l’équipe de Ziguinchor. Non seulement elle ne gagne pas en déplacement, mais elle n’a réussi que trois buts hors de ses bases, dont un seul à Dakar contre l’Olympique de Ngor (1-1). En somme, Simon Kabou avoue que l’équipe « est en train de douter », parce qu’elle est « jeune ». Une excuse qui ne peut pas prospérer puisqu’elle a pratiquement gardé son ossature et s’est renforcée de quelques arrivées de taille, dont Ismaïla Niang du Diaraf et du dynamique milieu de terrain ivoirien, Yao Yao Jean Stéphane, en provenance du Port.

 

Lesoleil