PARTAGER

Suspendu à vie par la Fifa alors qu’il était footballeur professionnel, Pape Oumar Faye, ancien attaquant de la Css (Ligue 2 sénégalaise) avant de migrer vers la Suisse où il a évolué au Fc Thun, est l’exemple du joueur dont la carrière a été brisée par le scandale des matchs truqués. Venu assister au séminaire de l’Ufoa/A, il est revenu sur les causes du malheur qui s’est abat- tu sur lui.

Pouvez-vous revenir sur les circonstances de votre suspension à vie ?

Je suis suspendu à vie à cause des matchs truqués. C’est arrivé en 2009 par l’intermédiaire d’une personne que je ne connaissais pas. Je ne sais comment il a fait pour nous mettre dedans. En 2010-2011, je jouais en Asie.

C’est là qu’une notification m’a été envoyée pour me dire que j’ai été suspendu pour avoir reçu de l’argent. Moi et deux autres joueurs de l’équipe, on nous avait demandé de ne pas jouer à 100%. Et si on perd le match, on nous donnait de l’argent. C’était un match de deuxième division entre Fc Gossao et Fc Thun.

Combien avez-vous reçu ?

On nous a appelés pour nous donner sept mille euros (4 millions 575 mille Cfa)

Quelle a été votre réaction et celle de votre famille ?

J’étais abattu. Ma famille était triste en apprenant la mauvaise nouvelle. Mon père qui était malade a rendu l’âme en apprenant que j’étais suspendu à vie.

En ce moment- là, j’étais capitaine d’une équipe au Vietnam. J’étais âgé de 25 ans. J’étais parti en 2005. Je ne peux pas jouer au Sénégal. J’étais au Jaraaf pour m’entraîner avec eux, mais je ne peux pas jouer. Ce n’est pas possible. Je n’existe plus.

Comment faites-vous pour vivre ? Etes-vous parvenu à vous reconvertir ?

Je ne sais que jouer au football. Je ne vis que grâce à Dieu.

Quel sens donnez-vous à votre présence à ce séminaire ?

Je suis là pour la lutte contre les matchs truqués. J’aimerais parler de mon expérience malheureuse aux jeunes.

Et si c’était à recommencer ?

Je ne le ferai jamais. Parce que cela tue. Comme je l’ai dit, je n’existe plus. Si je ne peux pas jouer au football alors que c’est seulement ce que je peux faire… (il ne poursuit pas sa phrase) !

Le plus cocass dans toute cette affaire, c’est que les autres avec qui j’étais suspendu, à savoir le Suisse David Blumer et le Croate Eldar Ikanovic, ont été graciés.

Ils ont repris le football. Contrairement à moi. C’est peut- être que je suis noir que je n’ai pas bénéficié des mêmes faveurs.

 

L’AS