PARTAGER
LSFP

« Le championnat va se jouer entre les 5 premiers actuels du classement (Jaraaf, Pikine, Ouakam, Touré Kunda et Port). Ce sont les équipes les plus constantes depuis l’ouverture du championnat. Même s’il arrive qu’elles changent de position d’une journée à une autre. Mais le champion ne sortira pas de ces 5 formations. » disait Tassirou Diallo dans WaaSport. Partant de ce constat, on a tenté d’esquisser le meilleur profil du futur champion du Sénégal. Œil d’expert, avec de solides connaissances du football local, notre analyste, qui a souhaité parlé sous le couvert de l’anonymat, désigne le Jaraaf comme le candidat idéal pour succéder à Diambars en fin de saison.

Jaraaf (1er, 27 points): Tous les clignotants sont au vert

Toujours attendu pour maintenir son standing d’un des clubs les plus prestigieux du football local avec ses dix titres, le Jaraaf est resté dans sa longue tradition d’équipe à trophée. Actuels leaders de la Ligue 1 (27 points), les « verts et blancs » restent des candidats plus que sérieux pour un onziéme sacre du club.

« C’est l’équipe la plus homogène du championnat avec des jeunes joueurs, accompagnés par des hommes d’expérience. L’équipe marque beaucoup de buts (23 buts) et n’en prend pas beaucoup (11 buts encaissés). Le Staff technique a beaucoup de solutions sur le banc. Je peux vous dire, sans me tromper, que le Jaraaf remportera ce titre de champion du Sénégal. », prédit notre technicien.

« Il y a un bon staff technique en place avec un grand entraîneur (Abdoulaye Sarr). Si vous allez au stade, vous verrez que les ateliers d’échauffement du Jaraaf n’ont rien à voir avec ceux de ses adversaires », renchérit notre interlocuteur.

AS Pikine (2e, 26 points +7): Revoir l’artillerie offensive d’abord

Solide à domicile, l’AS Pikine a bâti sa deuxiéme place dans son stade Alassane Djigo où il n’a pas encore connu de défaite. Les Pikinois (2e, 26 pts) restent dans la roue du Jaraaf qui ne les devance que d’une petite longueur.

De l’avis de l’analyste, l’équipe de la banlieue est dans la continuité de sa saison derniére où elle avait terminé 3éme (49 points). Toute fois pour les « vetrs-rouges », il faudra beaucoup plus de punch offensif pour espérer remporter le titre à la fin de la saison.

« C’est une équipe qui progresse d’une saison à une autre. Mais le ratio de l’attaque (14 buts marqués) est trés faible pour penser remporter un titre de champion » pense notre consultant. En effet depuis l’avènement du professionnalisme au Sénégal en 2008, c’est la troisiéme fois que la Ligue 1 se joue en poule unique. Et jamais un club n’a été sacré avec moins de 25 buts marqués. En 2010-2011, l’US Ouakam avait inscrit 27 buts. Et la saison derniére, Diambars était à 42.

Pikine peut-il dépasser ce ratio d’un but par match d’ici la fin de la saison? « L’équipe devra soigner son attaque pour penser bousculer le Jaraaf. D’autant que dans tous les championnats du monde, le champion a toujours la meilleure ou l’une des meilleures attaques. Car il y’a de ces matchs pour les gagner, il faudra marquer beaucoup de buts et Pikine n’est pas sur cette lancée », ajoute ce dernier.

US Ouakam (3e, 26 points +3) La faiblesse d’une attaque qui tousse

Une des équipes les plus performantes de l’élite, l’USO avance sans faire de bruit en tête du classement. Figurants sur le podium (3e, 26 points), les ouakamois s’appuient sur une bonne assise défensive pour conquérir la Ligue 1.

Meilleure derniére ligne du championnat avec 5 buts pris, l’USO est aussi un exemple de constance au fil des matchs. « C’est une formation coriace avec une bonne discipline tactique. » confie t-il.

Si la défense est un modéle de sécurité, l’attaque, elle, tousse encore, pour n’avoir marqué que 8 buts en 15 matchs.

Des chiffres faméliques qui sont un handicap pour la conquête du titre, de l’avis du technicien. « Une équipe qui marche au rythme d’un but tous les deux matches, ne peut pas gagner un championnat. C’est comme Pikine. On ne peut pas gagner un championnat seulement une défense. Et on ne voit pas l’équipe (USO) s’améliorer dans ce secteur. Ils vont essayer de consolider les acquis. Surtout que l’USO n’était pas attendu pour siéger à cette position ».

Touré Kunda (4e, 23 points): Les deux épines qui obstruent le titre

Depuis sa montée en Ligue 1 en 2013, le Touré Kunda n’a jamais été aussi solide dans l’élite. « C’est une équipe en nette progression. Elle est entrain de surprendre tout le monde et de s’affirmer de match en match. Le club a la chance d’avoir un technicien (Pape Sylla Bâ) rigoureux, un missionnaire. Ces bons résultats montrent que l’équipe a fait une bonne préparation d’avant saison. », assurait Tassirouu Diallo dans nos colonnes.

Vainqueur de la Coupe du Sénégal en 2010, la formation mbouroise, qui a démarré tôt sa préparation d’avant-saison, est bien placée pour aller chercher le titre. Seulement notre interlocuteur ne partage pas cette idée. « Dans les championnats il est fréquents de voir des équipes créer la surprise. On peut mettre cette équipe du Touré Kunda dans ce lot. Comme l’a été Ngor la saison passée. Mais elle n’a ni les joueurs ni cet effectif pour gagner ce championnat. Je vois même des équipes comme Diambars ou encore le Casa Sports passer devant cette équipe en fin de saison’.

Port (5e, 22 points): La gestion de l’effectif en question

Comme en 2012-2013, le Port est entrain de faire une saison correcte. Leader lors des 6 premiéres journées puis de la 8éme à la 12e, le Port marque toutefois le pas. La fatigue a rattrapé le groupe qui tourne au tour de 14 éléments. Un effectif réduit. Un obstacle pour les « portuaires ».

« L’équipe n’a pas un bon effectif. Le coach (Malick Daf) tourne depuis l’ouverture du championnat avec les mêmes 15 joueurs, le gardien y compris. Les joueurs sont fatigués actuellement. L’équipe ne gagne plus. » révéle notre éclaireur. L’entraineur Malick Daf confirme: « Notre rythme a baissé, puisque les 14 joueurs qui démarraient les matches étaient épuisés. Tout le monde sait que notre force est le physique. » reconnaissait-il dans Waasport.

Constatant la faible marge de manoeuvre à faire tourner son effectif, le Port s’est renforcé avec 6 nouveaux éléments. Ces derniers pourront-ils pousser le Port au sacre? Réponse en fin de saison.

 

Waasport