PARTAGER

Ibrahima Diop porte le Diaraf à bout de bras. Auteur d’un triplé, samedi dernier, devant le Stade de Mbour, celui qui est devenu le meilleur buteur de Ligue 1 (11 réalisations) compte désormais s’attaquer au record de Pape Ciré Dia.
Les buteurs n’ont qu’une seule passion en commun, marquer des buts. Plus ils en mettent, plus ils en veulent. Plus leur étoile brille, plus ils veulent rester la seule lumière qui éclaire tout le groupe. Et quand leur égoïsme conduit l’équipe à la dérive, ils en paient la note, au prix de bravades acerbes. Mais quand ils élèvent le navire au-dessus de la vague, leur image n’en sort que façonnée. Dans les deux cas, Ibrahima Diop a su trouver l’inspiration nécessaire pour rétablir l’équilibre : rester serein quand cela va mal et se montrer sans pitié quand les dieux du football vous portent très haut. Critiqué il y a quelques temps pour son manque d’efficacité, le canonnier « Vert et blanc » a su faire taire ses détracteurs et remettre son équipe sur les bons rails au bon moment.
Un réveil pour lequel son entraîneur a joué un rôle déterminant. « Ce n’est pas parce qu’il ne réussit pas que l’entraîneur va le mettre tout de suite à l’écart ou faire une pression sur lui. C’est un tueur, mais quelques fois aussi, la réussite n’accompagne pas le joueur. C’est en ces moments difficiles que le joueur a besoin de son entraîneur, de ses dirigeants. Et c’est ce qu’on a fait », explique Abdoulaye Sarr. Si les buteurs se distinguent par leur insatiable flair du but, c’est par le mental qu’ils se différencient. Là-dessus, Ibrahima Diop peut s’enorgueillir d’avoir une mentalité guerrière qui lui permet de dompter l’ingratitude du football. « Il a du mental ; parfois même je dis qu’il est inconscient. C’est un jeune qui n’a pas au fond la pression, et il faut souvent le recadrer pour le mettre sur un bon tableau de marche. J’aime cette attitude. Les gens pensent quelques fois que ces occasions manquées vont l’enfoncer, mais non », se réjouit Laye Sarr.

Le record de Ciré Dia en ligne de mire
En effet, c’est grâce à son esprit conquérant que le joueur de 22 ans a su trouver les ressources nécessaires pour remonter la pente, avec l’aide précieuse de son entraîneur. Pas d’hypocrisie à ce sujet. « On m’a beaucoup critiqué sur mon manque d’efficacité, mais Abdoulaye Sarr ne m’a jamais abandonné. Il a continué à croire en moi. Quand on regarde mes performances de l’année dernière, on devrait pouvoir comprendre que c’est le football ; mais je vais continuer à travailler pour répondre toujours présent », rassure-t-il. En inscrivant un triplé, samedi dernier, lors de la victoire (3-0) du Diaraf devant le Stade de Mbour, Ibrahima Diop s’installe plus que jamais dans l’esprit des Médinois comme le messie attendu pour faire briller l’étoile de l’ogre en veilleuse depuis trois ans, une période de disette à laquelle les hommes  de Laye Sarr veulent mettre un terme.
Le club de la Médina ne jure plus que par son artificier en chef qui a déjà fait mieux que les dix buts la saison dernière en trouvant 11 fois le chemin des filets cette année, dont cinq sur les deux dernières sorties. Et comme l’instinct du tueur brûle le sens de la compassion, c’est désormais avec un esprit de chasseur de record qu’Ibrahima Diop engage le dernier virage du championnat. Son objectif : effacer Pape Ciré Dia du Guinness des meilleurs buteurs en une saison. « Un homme doit avoir des ambitions, se fixer des objectifs. Les miens sont le titre de meilleur buteur et le championnat. Je veux battre le record de buts inscrits en championnat qui est détenu par notre grand frère Ciré Dia. Je voudrais, à mon tour, faire mieux », avoue Ibrahima Diop. Un défi qui ne semble pas insurmontable au vu des performances du joueur ces dernières journées. A onze matches de la fin, il peut toujours aiguiser son appétit.

«Ciré Dia m’a exigé de battre son record. Tout dernièrement, on était en regroupement et il m’a dit que j’avais les qualités pour battre son record. Il ne cesse de me rectifier pendant et après chaque match. C’est un bon coéquipier. Et je pense pouvoir répondre à sa demande»

Lesoleil