PARTAGER
Demba Ba
La blessure de Fernando Torres ouvre des portes à Demba Ba. Mais c’est Mourinho qui le dit et cela pourrait n’être que fausses promesses. Le passé est là pour le prouver et l’international a au moins trois raisons de douter de son entraineur et prendre ma clé es champs.

Le discours d’un coach est du même acabit que celui d’un politicien. Ils ne sont pas du genre à prendre pour parole d’Evangile. Il change en fonction des réalités du moment et du contexte. Et cela Demba Ba devrait l’avoir en tête en entendant Mourinho lui tresser des lauriers. C’était au soir de la victoire de Chelsea sur ManU (3-1), marqué par la blessure de Fernando Torres. Si le coach des « blues » est tout miel à l’endroit d’un joueur qu’il a rangé au fond du placard depuis mi-décembre, c’est que le vide qui se dessine dans son attaque l’inquiète. Il y aura moins de risque à prendre, en quittant Chelsea plutôt que de rester.

Pour Mourinho, Demba Ba demeure, « avec Samuel Eto’o, (les) seuls attaquants disponibles dans les prochaines semaines ». Mais cela suffit-il à faire de lui un élément de premier choix dans l’attaque de Chelsea ? L’expérience du passé n’apporte pas une réponse positive. Aussi bien Torres que Samuel Eto ont eu à se blesser dans la saison sans que la situation ne lui profite. Et si le coach de Chelsea martèle que « c’est l’heure de Demba Ba », rien n’est moins sur. Pas plus quand il ajoute, « il a fait une semaine d’entrainement fantastique (Ndlr : avant le match contre United). C’était très difficile pour moi de le laisser sur la touche, car il a très, très bien travaillé » Idem en l’entendant réitérer : « les prochains matchs seront pour Demba Ba et Samuel ».

Dès lors, trois éléments d’appréciation pourraient pousser Demba Ba à quitter Chelsea avant la fin du mercato, le 31 janvier prochain.

Argument 1 : rien que des solutions conjoncturelles

Dans l’attaque de Chelsea, auquel il est lié jusqu’en 2016, Demba Ba ne se voit s’offrir que des solutions conjoncturelles. Dans le court terme, il peut palier l’absence de Fernando Torres, mais cela ne devrait pas dépasser les quelques semaines de guérisons t de convalescences qui attendent de dernier. Mourinho ne s’en cache pas quand il affirme : « nous avons perdu Torres pour quelques semaines puisqu’il souffre d’une blessure aux ligaments latéral (genou) et c’est la raison pour laquelle nous avons Demba Ba dans l’équipe. Nous avons décidé de ne pas lui ouvrir la porte, à un départ car c’est un bon joueur et nous avons besoin de lui ».

Or, on le sait, Demba Ba a besoin de s’exprimer dans la durée pour retrouver la confiance et l’efficacité. Une condition qui lui manque depuis qu’il a quitté Newcastle en janvier 2013.

Un départ vers un autre club, avec un temps de jeu conséquent qui lui serait alloué, lui permettrait sans doute de relancer sa carrière.

Qui plus est, ce n’est pas la première fois que Demba Ba dépanne à Chelsea pour palier l’absence de Fernando Torres. En octobre dernier, l’espagnol était blessé et absent pour trois semaines. Demba Ba avait bénéficié d’une titularisation pour Norwich-Chelsea (1-3). Mais Eto’o n’affichait pas sa forme actuelle et au retour de Torres il avait été jeté dans les oubliettes.

Argument 2 : Eto’o le nouveau patron

Le nouveau patron dans l’attaque de Chelsea c’est bien Samuel Eto. Relancée par son triplet du week-end dernier contre ManU (3-1), le camerounais est devenu l’option numéro 1 de Mourinho. Il aurait même gardé ce statut, si Torres était là.

Ayant l’habitude de jouer avec un attaquant à la pointe et cinq milieux derrière, Mourinho n’aurait pas à hésiter à choisir entre Eto  et Demba Ba. L’unique acquis certains que pourrait avoir  ce dernier, ce serait de profiter de l’absence de Torres pour retrouver sa place sur le banc. Une place qu’il a perdue depuis le 17 décembre dernier.

Eto’o, véritable joueur de surface, présent lors des grands rendez-vous (il a marqué contre Liverpool et United), a pris beaucoup d’avance sur l’international sénégalais. Quant à l’idée de les voir alignés ensemble, elle est peu probable. Depuis le début de la saison, les deux hommes ont joué ensemble que pendant 45 minutes en deux-matchs. Lors de Chelsea-West Bromwich (2-2) en novembre dernier, Demba Ba était entré à la 65ème mn pour jouer aux cotés du camerounais, titulaire dans l’attaque. Idem lors de la défaite de Chelsea à Stoke City (3-2), en début décembre. Demba Ba et Eto’o avaient joué 20 mn ensemble. Le premier étant entré à la 60 mn, Eto’o l’avait rejoint dans le terrain à la 70 mn.

Ce n’est pas l’absence de Torres qui va pousser Mourinho à les coupler davantage. Sans compter que Schurrle rode autour pour chiper à l’attaquant sénégalais sa place de joker.

Argument 3 : Achat imminent d’un nouveau buteur

Le troisième élément qui devrait pousser Demba Ba à faire ses valises, reste l’achet imminent d’un attaquant par Chelsea. Selon la presse anglaise, Mourinho compte de servir de 30 milliards de francs rapportés par le transfert de Juan Mata à Manchester United pour faire venir Diego Costa de l’Atletico Madrid.

Le club espagnol ne serait pas contre un départ de son attaquant vedette, d’autant que cela pourrait lui permettre de mieux garder son excellent gardien de but Courtois qui lui a … été prêté par Chelsea. A en croire que les médias anglais, les dirigeants de Chelsea aurait accepté d’inclure le portier belge dans la transaction pour attirer Diego Costa à Stamford Bridge. Le cas contraire, ils envisagent … de reprendre leur gardien. Une sorte de chantage qui peut faire réfléchir les dirigeants de l’Atletico Madrid.

©Waasports