PARTAGER

En quittant la modeste équipe lorraine de Nancy pour le pont d’or des Turcs de Fenerbahçe, Issiar Dia ne savait pas qu’il avait rendez vous avec un destin cruel. Depuis plus d’un an, le talent du Sénégalais est en perdition à Lekhwiya (D1 Qatar).

Avant son départ de Nancy en 2010, Issiar Dia était dans une forme étincelante. Il n’a cessé d’enchaîner les performances avec les lorrains, partant de passes décisives jusqu’au retentissant triplé qu’il a réussi face  à Lens, un soir du 28 mars 2010, au stade Marcel-Picot.

L’une de ses prestations qui ont précipité son départ de la France. Depuis lors, les observateurs ne se sont pas trompés, en assurant qu’au-delà de sa forme ascendante, Issiar est devenu l’une des pièces maîtresses du renouveau du football sénégalais après avoir intégré la tanière, deux ans plutôt.

Aujourd’hui, pour un joueur qui fonctionne à l’affectif, du moins à la religion, Issiar est donc bien servi. Si sous son impulsion, son club doit grimper sur le podium, le natif de Sèvres retarde à l’allumage (En 16 journées, Issiar n’a fait que 12 apparitions pour 0 but, ndlr).

Depuis lors, son immense talent est perdu dans le Golfe arabique.

Certainement, il a compris qu’à 27 ans, il doit mettre une corde à son arc pour revenir à la case de départ afin d’éviter une mort sportive. En témoigne le message qu’il a posté sur twitter au début du mercato hivernal. Il y déclare : «Heyyy mes twitos cmt sava ? Une petite info bientôt sur les terrains en Europe inch Allah affaire à suivre le mercato s’annonce mouvementé.»

Aujourd’hui, rien de concret, Issiar traverse le mercato comme une âme en peine. Depuis son transfert de Fenerbahçe à Lekhwiya, il y a de cela un an et demi, l’échec est patent pour ce joueur qui a toujours crevé l’écran par ses accélérations et autres feintes.

Loin des projecteurs, Issiar connait aujourd’hui une carrière qui traduit le désarroi d’un joueur qui, quoi qu’on dise, est traversé par le doute et les regrets. L’éventuel retour en sélection de l’ancien chouchou du public sénégalais ne semble pas à l’ordre du jour surtout quand on sait qu’Alain Giresse avec les prestations de Sadio Mané et d’Henri Saivet a fini de densifier le poste de milieu excentré tant cher à Issiar Dia.

 

 Stades