PARTAGER

Grande révélation de la première partie de la saison de ligue 1 française avec le FC Nantes, le défenseur sénégalais Papy Djilobodji a pu mesurer au cours du match contre le Paris-Saint-Germain, dimanche dernier, le fossé qui le sépare du très haut niveau’’, selon les médiats français.

Le natif de Kaolack (centre), au cours de cette rencontre perdue 0-5 par son équipe, a démontré avec ses partenaires de la défense nantaise (Alhadhur et Oswaldo Vizcarrondo), qu’un travail reste encore à faire.

Selon le quotidien sportif français L’Equipe, qui a noté le défenseur sénégalais 2 sur 10, Djilobodji a manqué ce rendez-vous du Parc des Princes en se montrant ‘’emprunté et bien trop faible dans la relance’’.

L’ancien défenseur de l’AS Saloum, qui joue sa première saison dans l’élite française, est loin de l’aisance technique et tactique qu’il avait démontrée lors de ses dernières sorties notamment à l’occasion du match de championnat remporté (1-0) contre l’Olympique de Marseille au stade Vélodrome.

Il n’a pas besoin d’être brûlé après ce naufrage collectif de son équipe. Mais cette rencontre a toutefois démontré qu’il a besoin d’apprendre et qu’il est trop hâtif de le voir signer dans une grosse écurie, malgré des aptitudes certaines.

Comme en équipe nationale du Sénégal où il a été l’auteur d’un match énorme contre les Eléphants de Côte d’Ivoire (1-1), le jeune défenseur central a besoin de s’aguerrir contre des attaquants de la trempe de Zlatan Ibrahimovic et Edison Cavani.

D’ailleurs, c’est sur une relance ratée que l’attaquant uruguayen du PSG, Cavani, a marqué le 4-ème but de la partie.

APS