PARTAGER
Casa sports de Ziguinchor

Avec plusieurs départs annoncés en ce début de saison, le Casa Sports a du mal à trouver le bon rythme. Une seule victoire pour une dixième place proche de la lanterne rouge, la Linguère. Une situation difficile que le président du club, Nouha Cissé, refuse de lier aux départs de certains de ses joueurs
Une seule victoire depuis le début de la saison pour deux nuls et autant de défaites. Une dixième place pour seulement 5 points à 3 longueurs de la lanterne rouge, la Linguère. Voilà le maigre bilan du Casa Sports de Ziguinchor à l’issue de la cinquième journée de championnat de Ligue 1.
Depuis la première victoire enregistrée sur l’autre promu de la saison, Suneor (1-0), lors de la première journée, les Sudistes ont du mal à enchaîner les bonnes performances. Le dernier nul vierge concédé à Kolda face au Touré Kunda (0-0), ce dimanche, a fini d’indisposer les supporters du club. Et les nombreux départs annoncés dans la presse n’arrangent nullement une situation déjà tendue dans le Sud. Certains estimant d’ailleurs que ces départs seraient à l’origine de la contre-performance du club de Ziguinchor.
Face à ce qui, pour certains, sonne comme un début de crise, le président du club, Nouha Cissé, calme les ardeurs, joue à terre estimant qu’il s’agit d’une tempête passagère. «Il faut situer ces contre-performances entre l’inefficacité des attaquants, une infirmerie garnie, et la non-adaptation de certaines recrues», diagnostique le président du club.

Seuls deux départs confirmés
Revenant sur les départs annoncés dans la presse, M. Cissé précise qu’il ne s’agit «que de deux départs confirmés», dont un en phase de test et de deux autres éventuels départs. «Pour ceux qui sont déjà partis, il s’agit de Abdoulaye Seck et de Pascal Diatta qui sont à Diambars. Il y a Dominique Mendy qui est parti faire des tests en Norvège pour 10 jours. Il y a deux autres joueurs en instance de départ : il s’agit de Mamanding Kidiera et Mame Sahër Thioune dont le départ a été annoncé pour le Qatar il y a trois semaines. Mais ils sont toujours à Dakar», souligne le président du Casa. A ceux-là, il faut y ajouter Abdoulaye Diallo, exilé au Kazakhstan et dont d’ailleurs on annonce le retour «pour régler des problèmes administratifs».
En clair, selon le patron du club de Ziguinchor, cette situation ne serait donc nullement à l’origine du mauvais début de saison du Casa. «Depuis 5 à 6 ans, nous connaissons une saignée, et même parfois en milieu de championnat. Ce fut le cas en 2008 où cinq joueurs sont partis au Nigeria, quasiment en pleine saison. Chaque année, nous enregistrons des départs, au nombre desquels, nos cadres», rappelle M. Cissé. Pour pallier la vague d’expatriés, le Casa Sports, poursuit le patron du club, mise souvent sur la petite catégorie. «Nous avons décidé de miser sur la petite catégorie pour renforcer les rangs de l’équipe A. Cette option nous a souvent mis à l’abri de départs pouvant être dommageables au club», souligne-t-il.
Comme tout club ambitieux de jouer les premiers rôles sur le plan national et éventuellement en Afrique, le Casa ne manque pas de s’ouvrir sur la sous-région à la recherche de la perle rare. C’est ainsi que pour la présente saison, l’équipe a fait appel aux services de deux Gambiens (Saloom Faal et Daffe) ou encore d’un Ivoirien (Yao Yao), ancien joueur du Port.
Les autres cibles devraient venir de certains clubs de Ligue 1. Malheureusement, faute d’être libérés, ces derniers n’ont toujours pas été autorisés à jouer sous les couleurs du Casa. Une situation que déplore le patron du club qui n’écarte pas l’idée de nouvelles recrues pour le prochain mercato histoire de pallier d’éventuels départs, comme celui de Mame Saher Thioune, le patron de la défense casaçaise.

«Pas de problème d’argent depuis 3 ans»
Quid de la situation financière du club ?

«Par la grâce de Dieu, nous n’avons pas de problème d’argent depuis 3 ans. Nous n’avons aucun arriéré de salaire, ni de primes. Nous payons régulièrement aux joueurs les salaires, les primes de victoire et de match nul», informe M. Cissé.

 

Lequotidien