PARTAGER

Nouveau chouchou des supporters des Lions de la Téranga, meilleur joueur de la rencontre Sénégal- Côte d’Ivoire, comptant pour le dernier acte des barrages pour le Mondial 2014 et véritable star des Red Bull Salzburg, Sadio Mané reste pourtant une énigme pour beaucoup de spécialistes footballistiques à ce jour. Un anonymat médiatique que le jeune meneur de jeu Sénégalais ne devrait pas tarder à percer, tant ses qualités sont indéniables.

Joueur le plus cher de National

Né il y a 21 ans à Sédhiou, ville située au sud ouest du Sénégal, Sadio Mané a commencé à apprivoisé le cuir dans la rue, comme la majorité des footballeurs Africains. Ce n’est qu’à 16 ans qu’il intègre le centre de formation « Génération foot » de Dakar, filiale du FC Metz, avant de rejoindre le club Lorrain en 2010, comme l’avaient fait auparavant Papiss Cissé, Babacar Gueye ou plus récemment  Diafra Sakho, également issus de ce partenariat.

Après une période d’adaptation en moins de 19 puis en CFA, Sadio Mané intègre le groupe professionnel Messin à l’aube de la saison 2011/2012, mais patiente jusqu’en janvier 2012 pour revêtir officiellement le maillot Grenat. Enfin lancé dans le grand bain de la ligue 2, le jeune Sénégalais s’impose rapidement comme un élément incontournable de l’effectif de Dominique Bijotat. Malgré la relégation des Messins en national, le milieu offensif de poche (1m73) attise les convoitises, bien aidé par des prestations de haut vol aux JO de Londres. De retour en Moselle, Il se trouve à deux doigts de signer au Stade Rennais, mais décide finalement de parapher son premier contrat pro en faveur du FC Metz, où Albert Cartier, promu entraineur, compte en faire sa pierre angulaire pour remonter le club Lorrain en Ligue 2.vign_sadio_mane

C’est donc en National que le jeune Sadio Mané débute sa deuxième saison au plus haut niveau. Mais après seulement 2 matchs et une prestation étincelante contre le Poiré-Sur-Vie où il se distingue par une passe décisive, le Sénégalais continue à éveiller les intérêts, en ligue 1 mais également à l’étranger. Ainsi, lors la réception de Luzenac pour le compte de la 4ejournée du national, des émissaires de l’OM, Nice et West Ham sont présents dans les travées de Saint-Symphorien. Ce soir là, Mané inscrit l’unique but de la rencontre : comme une évidence ! Devant l’engouement pour son joueur, le Président Messin, Bernard Serin, bien déterminé à conserver son joyau, fixe une indemnité de transfert à 4 millions d’Euros, persuadéqu’aucun club n’accéderait à ses exigences. Une semaine plus tard, le club Autrichien des Red Bull Salzburg s’aligne sur cette somme, jamais atteinte pour un joueur de national. Un pari gagnant, puisqu’en une saison et demi, Sadio Mané a marqué pas moins de 30 buts pour une bonne quinzaine de passes décisives, devenant la star du club Autrichien, où les 31 000 spectateurs du Red Bull Arena ne jure plus que par son nom.

Ferdinand Coly : « Mané peut déstabiliser n’importe quelle défense »

Un engouement partagé par les fans du Sénégal, convaincus de tenir en Mané l’un des joueurs les plus doués de la génération 90, récemment élu Ballon d’Or sénégalais par le portail Galsenfoot.com . Dribble, percussion, vitesse, justesse technique, le nouveau numéro 10 des Lions possède toutes les qualités pour devenir l’une des stars du football de demain. Aussi à l’aise comme meneur de jeu excentré ou axial, Sadio Mané fait parti de cette race de joueur capable de faire lever tout un stade ou de changer le cours d’un match sur un  coup de patte.sadio-mane

« un joueur comme Sadio Mané est virevoltant, il faut le faire débuter parce que c’est un joueur qui est imprévisible, qui peut déstabiliser n’importe quelle défense » déclarait récemment Ferdinand Coly, ancien latéral droit du RC Lens et des Lions.

Un point de vue que ne semblait pas partager Alain Giresse, sélectionneur du Sénégal depuis janvier 2013, préférant titulariser Alfred Ndiaye lors du match aller en Côte d’Ivoire comptant pour les barrages du mondial.

Un choix perdant qui lui a valu bien des critiques au lendemain de la défaite 3-1 à Abidjan. « Je ne comprends pas pourquoi on met sur le banc le joueur le plus talentueux » déclarait El Hadj Diouf au sujet de Sadio Mané, pourtant habituellement avare en matière d’éloge au sujet des joueurs de son équipe nationale. Et n’en déplaise à notre « Gigi »national, le match retour donnera entièrement raison à l’ancien stratège du football Sénégalais. Titularisé sur le flanc gauche du onze aligné par le Français, le nouveau « petit prince » Sénégalais a été dans tous les bons coups, multipliant les les permutations et accélérations foudroyantes pendant 90 minutes. Véritable poison pour la défense Ivoirienne, le meneur de jeu des Lions prit systématiquement à défaut son adversaire du jour, un certain Kolo Touré, allant même jusqu’à pousser Didier Drogba à commettre l’irréparable dans sa surface de réparation. Une véritable démonstration qui n’a malheureusement pas permis au Sénégal de renverser la vapeur, mais qui a au moins eu le mérite de convaincre son sélectionneur sur sa véritable valeur et le rôle qu’il doit jouer dans l’animation du jeu des Lions. « Ce soir, il a été énorme. Il a largement le niveau des championnats anglais, espagnol, allemand, italien et français », a indiqué l’ancien milieu de terrain des Bleus à l’issue de la rencontre au sujet de son meneur de jeu.

Reste désormais à Sadio Mané de continuer à progresser dans la zone de vérité, où ses choix sont encore perfectibles. Mais avec autant de qualités, nul doute que l’accumulation des matchs lui permettra de franchir un nouveau palier, et pourquoi pas, d’évoluer un jour sous les couleurs d’un des cadors Européens.

 

Au-premier-poteau