PARTAGER

Djibril Camara, arbitre assistant désigné pour officier pendant la coupe du monde 2014 a déclaré à l’APS que sa « joie a été tentée d’une grande amertume avec l’absence de Badara Diatta ».

‘’Je suis heureux d’avoir été désigné, mais je n’ai pas pu célébrer cette désignation à cause de l’absence de mon aîné Badara Diatta’’, a indiqué Camara, un arbitre de 31 ans sélectionné comme ‘’assistant de soutien’’ à la coupe du monde 2014.

Interrogé sur les réactions de celui qui faisait office de numéro 1 dans leur trio, il a déclaré que Diatta est certes déçu, mais ‘’a pris sa disqualification avec beaucoup de philosophie’’.

‘’Contrairement à moi, qui ai pleuré, lui a évoqué Dieu, m’a réconforté et m’a encouragé’’, a dit Camara, qui ne s’explique pas ‘’encore l’absence de Diatta parmi les arbitres choisis’’.

Il s’est dit d’autant plus amer que le numéro 1 sénégalais, Diatta, qui est âgé de 44 ans, n’aura plus une autre occasion d’officier dans une phase finale de coupe du monde de football.

‘’Il avait travaillé pour être de cette compétition et voir trois trios africains sans son nom, c’est difficile à accepter’’, a ajouté Camara, natif de Rufisque.

Samedi au stade Demba Diop de Dakar, ce jeune arbitre a officié samedi à l’occasion du match US Ouakam-Diambars.

S’il sera à sa première phase finale de coupe du monde seniors, Djibril Camara a déjà une expérience de la coupe du monde, en cadets et en juniors.

En plus des deux dernières phases de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2012 (Gabon et Guinée Equatoriale) et 2013 (Afrique du Sud), il avait pris part à deux phases finales de coupe du monde des moins de 17 ans (cadets) et une chez les moins de 20 ans.

‘’C’est un accomplissement, dans la vie de tout arbitre, il y a une grande envie de prendre part à une phase finale de coupe du monde’’, a-t-il reconnu. Sa désignation intervient 12 ans après ses débuts dans l’arbitrage.

Djibril Camara, qui a arrêté ses études au département d’histoire en 2007-2008 pour se consacrer à l’arbitrage, estime que ce choix prouve la qualité de la formation au Sénégal.

‘’J’ai eu la chance d’avoir eu de bons formateurs avec le président Badara Mamaya Sène, Amadou François Guèye et Falla Ndoye pour ne citer que ces quelques personnes’’, a indiqué l’arbitre assistant de 31 ans.

Marié et père d’un enfant le natif de Rufisque même s’il a été désigné ‘’comme assistant de soutien’’, espère être de la partie lors de la coupe du monde brésilienne (12 juin-13 juillet).

‘’Il est vrai que je dois siffler en cas de force majeure mais comme tous les remplaçants dans les équipes, je veux être présent’’, a-t-il ajouté.

A la question de savoir, s’il n’a pas l’impression d’avoir brûlé les étapes en se faisant désigner à 31 ans à une phase finale de coupe du monde, Camara a répondu par la négative expliquant qu’au Sénégal, ‘’on doit être fier de notre arbitrage’’.

‘’Sur le terrain, nous ne faisons aucun complexe même quand nous évoluons avec les arbitres européens parce que nous avons la chance d’avoir été bien formés’’, a-t-il insisté.

APS