PARTAGER

«Si la Rts décide de tourner le dos à la Ligue Pro, elle doit le faire avec la fédération aussi. Cela veut dire que la Rts n’aura plus l’exclusivité de la gestion des droits qu’on lui avait confiée pour l’équipe nationale A et les autres équipes nationales». 

Ces propos du président de la Fédération sénégalaise de football Augustin Senghor, tenus dans Stades, brouillaient les fréquences entre la Rts et les deux entités en charge de gérer le football.

Pourtant, entre la fédération et la Rts, il n’y a aucun problème, rapporte une source proche. «Entre la Rts avec la fédération, il n’y a jamais eu de problème et jusqu’à présent, tout se passe à merveille entre eux», précise notre interlocuteur.

C’est plutôt avec la Ligue Pro que la connexion est un peu difficile. «La Rts assurait la retransmission des matches du championnat professionnel toutes les semaines. A cette époque, la Ligue Pro n’avait pas encore  finalisé avec son  sponsor leader (Orange). Maintenant que le sponsor injecte beaucoup d’argent, le minimum est que la Ligue Pro  verse une petite somme pour nous permettre de diminuer les charges. Tout le monde sait qu’un direct demande beaucoup de moyens et que la télévision ne peut plus assurer gratuitement les directs pour la Ligue Pro», avance un agent de la chaîne publique.

Augustin Senghor accorde à la Rts, pour se ressaisir, un délai d’un mois, auquel souscrit Saër Seck, Président de la Ligue Pro. «Aujourd’hui, la Rts ne retransmet plus nos matches. Si cela continue, mieux vaut que chacun parte de son côté». Et Saër Seck, par ailleurs vice-président de la fédération, d’ajouter :  «S’il y a rupture, elle ne diffusera plus les matches de l’équipe nationale. D’ailleurs, on est en négociations avec d’autres télévisions pour parer à toute éventualité.»

Au niveau de la Rts, le directeur commercial et marketing, Oumar Nguébane, refuse d’aller au fond, en ce sens qu’il n’a reçu aucune notification faisait état d’une rupture entre la Rts et ses partenaires du football sénégalais.

©Waasports