PARTAGER
Casa-Sports

La fermeture, pour rénovation, du stade Aline Sitoé Diatta n’a pas été la meilleure nouvelle du Casa Sports, obligé de « s’exiler » à Kolda pour ses matches  « à domicile ». Un problème de plus que les Sudistes commencent à ressentir sur le plan financier.
C’est un secret de polichinelle, le principal problème du Casa Sports, c’est son éloignement. L’équipe ziguinchoroise est, en effet, des quatorze formations de Ligue 1, celle qui parcourt le plus de kilomètres chaque année. En plus d’émousser physiquement les joueurs, les multiples va-et-vient portent également un sérieux coup aux finances du club, principale équation qui empêche les dirigeants de l’équipe de dormir. Cette année, la diminution du nombre de clubs du championnat devait en principe permettre d’amortir un tant soit peu le choc financier. Au contraire, la situation s’est aggravée. En cause, la fermeture du stade Aline Sitoé Diatta, en réfection depuis quelques mois. L’absence d’un second stade répondant aux normes a donc poussé l’équipe à « recevoir » ses adversaires à Kolda, ville située à environ 188 kilomètres de Ziguinchor. Et pour le Casa Sports, jouer chez le voisin est comme jouer à l’extérieur. Car, avec la distance et sur les finances, le mal est forcément réel. Mais, les problèmes de l’équipe se conjuguent beaucoup plus au financier qui catalyse l’angoisse des dirigeants du club. Car un match à Kolda coûte cher, très cher même pour le Casa Sports. « Actuellement, nous dépensons plus à domicile que nous le faisions en déplacement. Une sortie à Dakar nous coûte environ 850 mille FCfa alors que les frais pour un match à Kolda tournent aux alentours de 900 mille FCfa », récapitule le président de la section football du club, Mamadou Dramé. « Si c’était seulement l’équipe, nous aurions dépensé 600 milles, mais nous sommes obligés de faire voyager nos supporters et deux troupes dont nous prenons en charge l’hébergement et la restauration. Ce qui fait que c’est devenu encore plus difficile », s’alarme-t-il. Pourtant, les dirigeants du club savaient parfaitement à quoi s’attendre avec la fermeture du stade Aline Sitoé et s’y étaient préparés. D’où l’augmentation du budget qui tourne cette année autour de 130 millions de FCfa, révèle le président de la section de football, soit 30 millions de plus que celui de l’année dernière où l’équipe disputait la Ligue africaine des champions. Mais, le budget est encore loin d’être bouclé ; la faute, en partie, à l’absence de sponsor, une situation qui agace autant qu’elle inquiète. « Ce n’est pas normal qu’un club comme le Casa Sports ne puisse pas avoir de sponsor sur son maillot. C’est bien sûr inquiétant parce que sans sponsor, ce sera encore plus difficile pour nous. Mais, les gens y travaillent et nous espérons décrocher un sponsor bientôt », croit M. Dramé.
Pour faire face à ce problème, le club sudiste ne s’interdit rien. Dans les coulisses, les initiatives ne manquent pas ; les dirigeants observent toutes les pistes possibles. « Nous sommes en train d’étudier toutes les options. Nous cherchons encore des annonceurs à Kolda, même de manière ponctuelle. Si un sponsor propose de prendre en charge l’équipe ou les supporters pour un match, nous sommes preneurs », signale Siaka Bodian, secrétaire général du club. En attendant, l’équipe du Casa Sports puise la caisse du club. Mais, les dirigeants comptent beaucoup sur la municipalité de Kolda pour pouvoir atténuer la lourdeur des charges. « La Mairie et le Conseil régional ont promis de prendre en charge l’hébergement et la restauration de l’équipe pendant ses séjours. Ce qui va nous soulager. Mais, la décision n’est pas encore effective. Néanmoins, nous sommes sûrs qu’ils vont respecter leurs engagements », espère Mamadou Dramé. Pour l’heure, le Casa Sports subit toujours le choc financier.

 

Lesoleil