PARTAGER
Pour la date Fifa du 5 mars prochain, la « Tanière » pourrait enregistrer un nouveau visage ; celui de Diafra Sakho. Le sélectionneur national en tournée européenne compte superviser le butteur de Metz qui réalise une saison norme. Reste à savoir ce que pourrait apporter l’ancien pensionnaire de génération foot devant des caciques de l’attaque sénégalaise.

Un butteur qui a fini de convaincre

Son talent de butteur s’est révélé la saison dernière, quand Metz évoluait en national. Diafra Sakho avait terminé l’exercice avec 18 buts, contribuant ainsi largement à faire monter son équipe en ligue 2. Cette saison, l’attaquant de Metz est resté sur le même tempo, avec une grande influence dans la réussite des « Grenats » qui sont actuel leaders de la ligue 2 française. Meilleur artificier de cette division avec 12 buts, on comprend fort bien que son nom puisse résonner autour de l’équipe nationale.

diafra-sakho
Diafra Sakho, FC Metz

Avec son capital, Diafra Sakho est simplement le meilleur butteur sénégalais d’Europe. Et s’il évolue en division inférieure, cela ne rend pas ses performances moins impressionnantes. Surtout qu’il évolue dans une ligue ou, si le niveau technique n’est pas toujours aussi élevé, le défi physique demeure permanent. Voix autorisée du football sénégalais, Lamine Dieng pense qu’  « un joueur comme Diafra Sakho mérite d’être appelé, ne serait-ce que pour le mettre dans le groupe »

Un manque de vécu international

Si Diafra Sakho arrive en sélection, il lui faudra faire avec une concurrence acerbe. Face à des caciques qui sont en place depuis un bon moment, avec une expérience indéniable du haut niveau, il aura sans doute à patienter dans la salle d’attente.

Dans l’attaque des « Lions » qui vont engager à partie de septembre prochain les qualifications pour la Can-2015, les baroudeurs ne manquent pas. Papis Demba Cissé connait les pistes de randonnées africaines comme les cinq doigts de sa main. Moussa Sow idem. Mame Birame Diouf et Dame Ndoye ont aussi bien des choses à lui raconter ; Ces attaquants ont en plus l’avantage d’évoluer dans des championnats huppés.

L’éventuelle arrivée de Diafra Sakho rappelle que le talent ne suffit pas toujours pour s’imposer en sélection. Nombre de greffes ont échoué, comme celles d’Ibrahima Baldé ou d’Ibrahima Touré.

Et si Giresse faisait preuve d’audace ?

La découverte de l’inconnue fascine souvent les coaches et Giresse pourrait se laisser tenter, même s’il pense que son équipe commence à prendre forme. Un des derniers exemples est celui de Volker Finke. Le sélectionneur camerounais avait lancé Benjamin Moukandjo contre toute attente, lors du dernier match qualificatif pour le mondiale contre la Tunisie, au détriment des cadres comme Choupo Moting de Shalke ou encore Vincent Aboubacar de Lorient. Tous deux zappés au profit d’un joueur de ligue 2 française, Nancy. Moukandjo avait fait un match plein et marqué même le 2ème but camerounais sur un exploit individuel, après avoir mis dans le vent deux tunisiens.

WaaSports