PARTAGER

Avec son prêt à Montpellier officialisé le 1er janvier 2014, Mbaye Niang de retour en France doit tout faire pour éviter le syndrome qui a bloqué la carrière d’un certain Yohann Gourcuff passé aussi au Milan AC.

Prêté par le Milan AC jusqu’à la fin de la saison. Entre 2006 et 2009 Yohann Gourcuff a joué 53 matchs pour 3 buts avant de retourner en France à Bordeaux et aujourd’hui à Lyon. Depuis lors, sa carrière n’a pas décollé. Et c’est ce syndrome que Mbaye Niang devra éviter avec Montpellier. Il pourra compter sur son «grand frère» Souleymane Camara pour sublimer l’attaque du champion de France 2011/2012. Mais, le Milanais a bien négocié son départ avec les Héraultais avec 2 buts en 2 matchs sur penaltys face à Rodez (CFA) en Coupe de France et Monaco en Ligue 1 (1-1). «Ça fait longtemps que je n’ai pas eu autant de jeu. J’ai aussi eu la chance d’avoir des coéquipiers qui m’ont beaucoup soutenu. On demande d’apporter ce que je sais faire et ce que j’ai appris à Milan. Comme la fougue et le peu d’expérience que j’ai», a-t-il déclaré sur BeIn Sport après son but contre Monaco.

milan mbaye niang
Mbaye Niang

Auteur de seulement 5 buts en 30 matchs avec Caen, Mbaye Niang va tenter d’apporter sa vivacité sa puissance et sa rapidité. Montpellier 17ème avec 17 points en aura besoin, s’il veut se sauver de la relégation. Mais, en attendant la suite du championnat, le débat de la surévaluation du joueur peut être posé.

Lui qui est allé au Milan AC à 17 ans. Mbaye Niang, un «Balotelli» surévalué ? Voyons voir. En tout cas, c’est la trajectoire d’une étoile filante qui n’a pas brillé à San Siro. Après 33 matchs joués avec l’AC Milan, Mbaye Niang n’a pas convaincu qu’il avait l’étoffe d’un futur Ballon d’Or européen en puissance. Et si le Franco-sénégalais a été surévalué dans sa précocité et son talent ?

Le syndromeYohan Gourcuff

À l’image de celle de Yohan Gourcuff, l’aventure milanaise de Mbaye Niang pourrait finir en eau de boudin avec ce prêt à Montpellier sur fond d’option d’achat. Un retour en arrière. Comme Stephan El Shaarawy et Mario Balotelli, Mbaye Niang symbolise cette jeunesse décadente qui a eu la malchance de jouer dans un club ayant perdu son lustre d’antan. Un Milan AC qui est devenu le dindon de la farce d’une Serie A italienne en perte de vitesse et dominée par la Juventus, la Roma et Naples.

Pourtant, avec son allure, sa coiffure, ses fresques et frasques, Mbaye Niang nous rappelait à plus d’un titre, le turbulent Mario Balotelli. Mais, ses ratés contre le Barça (12 mars 2013), face à Victor Valdes en Ligue des champions avaient renseigné de toute l’immaturité de ce talent brut. À 19 ans et demi, le longiligne attaquant qui a joué à Caen (2010- 2012) sait que Milan est déjà un échec.

Même s’il estime n’avoir «aucun regret» et que «rejoindre Montpellier n’est pas une régression» mais «au contraire, (…) une belle occasion de poursuivre (s)a progression pour revenir à l’AC Milan plus fort».
Mais, Mbaye Niang reviendra-t-il à San Siro ? Rien n’est moins sûr. Etant donné qu’à Montpelier, Niang recommence une vie de footballeur anonyme là où tout avait commencé à Caen… avant les coups de projecteurs.

 

Stades