PARTAGER
Gadiaga

Diambars et Jaraaf se font peur, à environ un mois de l’entame (7, 8, 9 février) des éliminatoires des compétitions africaines, notamment la champions League et la coupe de la confédération.  Au vu de leurs performances en championnat, on se demande bien ce que feront nos deux représentants en Afrique.

En championnat, ils évoluent en dents de scie. Diambars, champion  en titre, peine à retrouver ses marques, en dépit d’une greffe de certains joueurs externes venus du Casa Sports et de Ngb. En quatre journées, l’équipe de Saly totalise 2 défaites, une victoire et un nul (1-1) concédé mercredi dernier contre Niary Tally. Il a fallu attendre la dernière journée pour voir le Jaraaf afficher le sourire. Ce succès ne peut certes pas être entaché de critique, mais l’adversaire, la Linguère n’est vraiment pas une foudre de guerre, ces derniers temps (3 défaites et un nul). C’est donc un sauvetage pour le club médinois qui a compilé trois matchs nuls d’affilés. Tout de même, ces performances inquiétantes n’augurent pas confiance quant à la prochaine sortie de ces deux représentants sénégalais en Afrique. Il reste encore du temps pour se ressaisir, mais le souci reste à savoir si ce temps serait suffisant pour vraiment retrouver les sensations. Rien n’est trop sûr pour ce scenario. Des équipes émergentes, à l’image du Port,  leader, et l’As Pikine ne semblent pas prêtes à céder un iota aux «regardeurs». Autant de paramètres qui poussent à réfléchir sur l’avenir de ces deux équipes sénégalaises dans les compétitions africaines qui démarreront en février (7, 8 et 9). Curieuse coïncidence, les adversaires des sénégalais vivent aussi des mauvaises passes dans leurs championnats respectifs.

Il n’y a rien à craindre pourtant

Diambars, en Ligue des champions et Jaraaf, en coupe de la Caf, seront  opposés respectivement aux Burkinabè de l’Asfa Yenenga et aux Ghanéens du Dwafs : deux équipes qui ne respirent pas la grande forme dans leurs championnats respectifs.

Asfa Yenenga occupe la 15ème et avant dernière place au classement, avec seulement 2 points, en 4 journées. Le champion du Burkina en 2012 et 2013 est distancé de 8 points par le leader Santos. Attention, l’équipe burkinabè est une habituée des clubs sénégalais. Ndiambour en 2002 et Hlm en 2009 avaient arraché la qualification sous la barbe des militaires burkinabés.  Il y a donc une revanche à prendre.

Le Dwafs occupe aussi la  15ème et avant dernière place au classement. En 15 matchs, il a comptabilisé 4 points, autant de victoires et défaites, contre 7 nuls. Le club ghanéen a eu 2 défaites et trois nuls au cours de ses  5 derniers.  En dépit de sa prestation en dents de scie, Dwafs a réalisé un grand coup en tenant en échec (2-2) Asanti kotoko, le leader qui le distance de 7 points.

Le Casa Sport a placé la barre plus haut

Après neuf ans de disette pour les clubs sénégalais en Afrique,  le Casa Sports a dépassé le cap du tour, avant de se faire éliminer par le Stade Malien. Cette performance des sudistes place ainsi la barre à un niveau plus haut pour les prochains représentants. Diambars n’est pas trop net par rapport à son ambition, mais le Jaraaf, un habitué des hautes compétitions, n’ira certainement pas faire de la figuration en Afrique.

Rewmi