PARTAGER

Le second a pris la place du premier chez les Lions de la Teranga : les Sénégalais Moustapha Bayal Sall et Papy Djilobodji se retrouvent samedi sur la pelouse du Chaudron. C’est notre match dans le match.

Forme actuelle : match nul

Depuis la suspension de Zouma, Bayal, buteur contre Reims (4-0), enchaîne les bons matches. Les Verts avaient pris trois buts à Rennes (1-3) mais Galtier l’avait mis hors de cause, à l’instar de Perrin. Hormis le Rennais Romero, il ne fait pas bon croiser sa route en ce moment. Le Montpelliérain Camara, mangé tout cru le weekend dernier, peut en témoigner !

Nantes a perdu le week-end dernier contre Toulouse (1-2), à la Beaujoire, mais Papy Djilobodji a encore réalisé un bon match : buteur, d’une frappe de 25 mètres sous la barre, le défenseur sénégalais a empêché une note plus salée en sauvant sur sa ligne, confirmant ainsi son très bon début de saison.

Importance dans l’équipe : Avantage Djilobodji

Placardisé par Galtier il y a deux ans, “Mouss” Bayal revient de très loin. Son retour au premier plan force l’admiration. Après avoir accepté une baisse de son salaire, le colosse avait su regagner la confiance de son coach la saison dernière en réalisant un gros match à Paris (2-1), où il avait muselé Zlatan. Mais il n’est considéré pour l’heure que comme le 3e défenseur central de l’équipe, derrière l’incontournable Perrin et Zouma.

Depuis trois ans qu’il est à Nantes, “Djilo” ne cesse de progresser. Le patron de la défense des Canaris se nomme plutôt Oswaldo Vizcarrondo, mais le Sénégalais est lui aussi incontournable. Un pilier de l’équipe de Der Zakarian, qui s’appuie sur l’une des charnières les plus solides de L1, actuellement. Et un pilier qui marque, en plus : déjà 3 buts à son actif cette saison en L1.

Importance dans le vestiaire : Avantage Bayal

Avec Perrin, Bayal, arrivé au club en 2006, est le doyen du vestiaire pro des Verts. Sa force tranquille et sa gentillesse lui valent d’être respecté. Il est notamment un grand frère qui n’hésite pas à prendre sous son aile les jeunes du groupe, à commencer bien sûr par les Africains.

Du côté de la Jonelière, Papy est un exemple pour les jeunes joueurs du club, à commencer bien sûr par les “blacks”. Il lui arrive souvent de jouer les taxis mais aussi de leur faire découvrir une ville et une région qu’il connaît maintenant très bien, malgré une certaine timidité.

Avenir : Avantage Djilobodji

Revenu de nulle part, Bayal Sall a encore deux ans de contrat chez les Verts. A 28 ans, le Sénégalais se plaît beaucoup à “Sainté”, où il se verrait bien faire sa carrière.

De son côté, et comme il l’a récemment confié à But! Nantes”, Papy Djilobodji rêve du Real Madrid. L’ancien joueur de Moissy (CFA) ne sera sûrement jamais un “Merengue” mais à 25 ans, son irrésistible ascension n’est peut-être pas encore terminée…

Bilan :

Courte victoire de Djilobodji, qui en impose vraiment en cette première partie de saison. Mais entre les deux colosses, il y a match !

butfootballclub