PARTAGER

Lamine Gassama (Lorient) et Saliou Ciss (Valenciennes) en délicatesse en club en début de saison, sont en train réussir un retour en grâce rendu possible grâce à des performances solides dans leurs clubs respectifs.

Mis en concurrence au poste d’arrière droit, Gassama avait perdu sa place en club et en sélection où il était hors sujet lors du match contre la Côte d’Ivoire en rencontre aller des éliminatoires de la coupe du monde 2014.

L’ancien lyonnais a commencé à s’installer sur le flanc droit des Lions depuis le match contre l’Angola (1-1) en juin à Luanda (4-ème journée des éliminatoires de la coupe du monde 2014). Il a sombré en octobre au stade Félix Houphouët Boigny lors de la défaite 1-3.

En club, le natif de Marseille était l’ombre de lui jusqu’à pousser le staff technique lorientais à ne plus compter sur lui.

Une fragilisation qui a amené Alain Giresse, le sélectionneur national à se passer de ses services contre les Eléphants à Casablanca pour la manche retour.

Ses hésitations et ses oublis semblent désormais faire partie du passé. Et comme son club, il a refait surface jusqu’à faire partie de l’équipe type de la Ligue 1 lors de la 18-ème journée où Lorient est allé gagner à Ajaccio 2-1.

Quant à Saliou Cissé, si Valenciennes continue à broyer du noir, malgré le changement d’entraînement intervenu en octobre (Daniel Sanchez a été viré et remplacé par le Belge Ariel Jacobs), lui a retrouvé les qualités qui ont fait de lui l’un des meilleurs arrières gauches du championnat norvégien.

L’ancien arrière gauche ou central de Molde avait tellement raté ses premiers matchs que son ancien entraîneur, Daniel Sanchez, avait fait savoir que sa venue était une idée du président du club, Jean-Raymond Legrand.

Valenciennes a encore perdu (1-2) contre Bordeaux, dimanche dernier. Mais l’ancien pensionnaire de Diambars a sorti l’une de ses meilleures prestations depuis la signature de son contrat de trois ans.

Selon L’Equipe de lundi dernier, il n’a pas ‘’passé une soirée facile sur son côté gauche notamment face aux changements de rythme de Saivet (Henri) ». Tourefois, précise le journal, cela ne l’a pas ‘’empêché de déserter souvent son couloir pour intervenir dans la surface’’.

Cette activité a permis à l’ancien pensionnaire de l’équipe nationale olympique, quart de finaliste des Jeux olympiques de Londres 2012, d’obtenir une note de 6 sur 10, la meilleure notation d’un joueur de Valenciennes au cours de cette rencontre comptant pour la 18-ème journée de ligue 1.

APS