PARTAGER

Le Stade de Mbour entre dans une phase de restructuration et de préparation de la saison de la Ligue 1 professionnelle de football. Les ambitions du club fanion de la Petite côte restent claires : assurer le maintien et grappiller tout ce qui peut l’être.

Le stade de Mbour, dans le cadre de sa phase de restructuration et de préparation de la saison de la Ligue c1 professionnelle, va se lancer dans une opération de recrutement de plus d’une vingtaine de joueurs à travers le pays .Le choix est fait sur des sociétaires du Saloum, de Yoff, de Renaissance, du Duc, de Ziguinchor, de l’Assur de Richard-Toll, de l’équipe de la Douane et de Joal-Fadiouth.

Le président Saliou Samb entend les atteindre en sollicitant l’implication de l’ensemble des Mbourois, là où ils se trouvent, pour participer au développement économique et social de leur ville à partir du sport. Ses appels vont à l’endroit des autorités municipales et administratives locales.

Et c’est pour une diligence dans la mise en place de la subvention et des facilitations pour permettre une meilleure prise en charge des joueurs et de la pratique sportive. Il voit le sport comme un élément stabilisateur et souhaite par conséquent que les autorités soient attentives aux problèmes des sportifs.

Après une assemblée générale convoquée il y a une dizaine de jours , les stadistes ont de nouveau répondu à l’appel pour mettre en place une section de football et combler certains manquements liés au départ de membres du bureau du club aujourd’hui indisponibles. Cette volonté d’élargir les bases du Stade de Mbour entre selon son président, Saliou Samb, dans la dynamique de mieux faire sentir le club au niveau de la base affective après trois années passées au purgatoire. Un diagnostic a ainsi permis de mettre le doigt sur des manquements comme la tenue de réunion du comité directeur faute de quorum à chaque convocation.

L’accent va désormais être mis sur l’organisation et le fonctionnement pour aborder la saison de foot de Ligue 1 pro dans le but de ne pas être submergé par des difficultés. Le président stadiste, a en outre abordé quelques questions relatives à la non consultation de son club dans la mise en place du comité de gestion du Stade Caroline Faye d’une part, et d’autre part, le prix de 10 000 francs par jour fixé pour les clubs qui veulent s’entrainer sur la pelouse synthétique. Le tarif réclamé aux clubs de Ligue 1 est de 50 000 FCfa pour une journée de compétition.