PARTAGER

Le landernau du foot s’est étonné de la nonsélection de Demba Bâ depuis le match Sénégal / Angola de Conakry. L’attaquant de Chelsea s’est emmuré dans un silence qu’il a brisé hier dans nos colonnes. Demba Bâ a vidé son coeur. Et a accusé à demimots. Décryptage.

Invité de la rédaction de Stades mercredi dernier, Alain Giresse n’en a pas démordu. Le coach des Lions a dit à qui voulait l’entendre qu’il n’a «aucun problème particulier» avec Demba Bâ, joueur qu’il a pourtant  systématiquement biffé de sa liste depuis son penalty manqué à Conakry, en mars dernier contre l’Angola. Giresse s’est arc-bouté sur son sacro-saint et sempiternel «choix sportif» pour expliquer la non-sélection du Blue pour les six dernières sorties des Lions.

Le sélectionneur national a ainsi préféré le jeune Ibrahima Baldé au seul Sénégalais qui évolue dans le prestigieux Big Four anglais. Paradoxalement, Demba Bâ semble n’éprouver aucune rancoeur vis-àvis d’Alain Giresse, sauf qu’il a démenti le coup de fil que le coach national dit lui avoir donné. C’est plutôt vers les responsables de la FSF que l’avant-centre de Chelsea a pointé son doigt.

Dans l’entretien exclusif qu’il a accordé à Stades, Demba Bâ avoue avoir eu des échanges heurtés avec certains fédéraux. «C’est vrai que j’ai déjà eu des mots de temps en temps avec certains dirigeants de la Fédération». Et d’ajouter : «Je ne vais pas citer de nom. Mais qu’est ce que je dois faire ? Je dois aller au front en tant qu’ancien pour essayer de me battre pour que les joueurs sénégalais jouissent de leurs droits ? Ou bien dois-je laisser un jeune comme Sadio Mané ou Idrissa Guèye le faire ? Non, ça ne serait pas juste de ma part. Moi, quand je suis arrivé dans la Tanière, c’est El Hadji Diouf qui réglait les problèmes ou Diomansy Kamara, Ferdinand Coly… Ils ne me laissaient pas aller au front, moi qui
venais juste d’arriver. À l’instar de ces joueurs-là, moi aussi je suis obligé d’aller au front en tant qu’ancien pour pouvoir discuter des avantages des joueurs qui sont dans l’équipe nationale».

Quand est-ce que Demba Bâ est-il «monter au front» ? Manifestement à Conakry, au sortir du match nul décevant (1-1) contre les Palancas Negras. Et quels sont ces «droits des joueurs sénégalais» qu’il a voulu défendre ? Peut-être bien les primes de match. Même si Demba Bâ n’a pas voulu lever le voile sur ce qu’il s’est réellement dit dans le secret des vestiaires du stade du 28 Septembre de Conakry : «Je ne vais pas vous raconter ce qui s’est passé dans les vestiaires. Ça ne serait pas juste vis-à-vis de mes coéquipiers et je ne me sentirais pas bien envers moi-même. Ce qui se passe dans les vestiaires restent entre joueurs et staff. C’est à nous d’arranger tout ça. Je suis désolé de ne pouvoir vous le raconter».

Mais, à l’époque, des indiscrétions avaient fait état de responsables de la FSF qui n’auraient guère goûté la gueulante de Demba Bâ jugée «indécente pour un joueur qui a livré une prestation quelconque et qui de surcroît a manqué le penalty du break». Ces fédéraux sont-ils derrière cette mise à l’écart du poulain de Jose Mourinho ?

©Stades