PARTAGER
Stade de Mbour

Les prétentions du Stade de Mbour, l’entraîneur de l’équipe ne les veut pas démesurées. Lamine Sano se montre réaliste et refuse de se laisser emporter par l’euphorie de la montée. Pour le technicien, les choses sont claires. « La mission de cette première année de montée reste l’apprentissage ; parce qu’après trois ans en L2, nous ne pouvons pas revenir en L1 et être très prétentieux. Je pense qu’il nous faut d’abord du temps pour apprendre, ensuite consolider cet apprentissage avant de viser plus haut et saisir les opportunités, si opportunité il y a », calme l’ancien coach de Touré Kunda. Le maintien, c’est le minimum que visent les dirigeants, car les ambitions sont beaucoup plus importantes et le président ne les cachent pas. « Je pense que la moindre des choses, c’est d’assurer le maintien. Maintenant, nous nous mettrons en condition pour prendre tout ce qui pourra être pris à gauche et à droite. Nous prendrons match par match. Et puis, il n’y a pas que le championnat, il y a les coupes aussi. Comme je le dis souvent, j’ai un état d’esprit de guerrier, quand je vais quelque part, c’est pour essayer de faire le maximum. Bref, tout ce que nous voulons, c’est de faire une bonne compétition », précise Serigne Saliou Samb.

En clair, selon l’entraîneur, l’objectif de la saison n’est pas de faire autant que l’Olympique de Ngor qui a terminé à la troisième place de Ligue 1 l’année dernière, ou de Diambars qui a réalisé les mêmes performances l’année d’avant alors que tous deux avaient démarré la saison dans une position de promus. Mais, pour le technicien, le parcours des deux formations a son pesant d’or dans le combat psychologique que doit livrer sa formation pour survivre en Ligue 1. « Je pense que le message est très clair. Il faudra être très lucide, garder la tête sur les épaules et essayer de représenter dignement Mbour. Nous ne devons pas être ridicules. Nous jouerons pour ne pas faire de la figuration et essayer de terminer dans les huit premiers. Je pense que si nous arrivons à un tel résultat, nous aurons fait un grand pas », espère-t-il. Pour le coach, tout repose sur la solidarité. « Ce qu’il nous faut, c’est de jouer sur le collectif, si nous ne sommes pas bien collectivement, cela peut être difficile pour nous. A mon avis, il faudra oser, encore oser, il n’y a que cela qui peut nous permettre de nous en sortir parce que ce sont les mêmes joueurs presque partout. C’est pourquoi nous aurons à faire un très grand travail sur le plan du mental pour qu’il n’y ait pas de complexe d’infériorité », plaide-t-il. Pour faire face aux grands défis qui l’attendent, Lamine Sano a dû prendre d’importantes décisions, notamment celle de refaire l’architecture de son équipe. L’entraîneur a ainsi décidé de se séparer de la plupart des joueurs qui ont fait monter l’équipe et procéder à des recrutements ciblés pour donner plus d’expérience à son effectif. « De l’équipe qui a assuré la montée, nous n’avons retenu qu’une douzaine voire une dizaine de joueurs. Nous avons fait des changements avec des joueurs expérimentés, car c’est un impératif. Ce serait suicidaire de jouer en Ligue 1 avec des joueurs sans aucune expérience du haut niveau. Nous avons donc cherché le juste équilibre entre joueurs expérimentés et les novices, mais des joueurs très jeunes qui ont fait l’expérience de la L1 très tôt. Nous espèrons qu’ils pourront nous satisfaire », avance le coach qui s’est lancé dans la dernière phase de la préparation de la saison. Et tout se passe plutôt bien, de quoi donner des idées conquérantes à quelques joueurs. « La préparation de la saison se déroule dans d’excellentes conditions, avec des séances d’entraînement le matin et l’après-midi. Nous voulons gagner le championnat même si le mot d’ordre de l’entraîneur est le maintien. A défaut du championnat, nous voudrons remporter une coupe et assurer le maintien », assène Elimane Abdoulaye Fall, l’une des nombreuses recrues du club.

 

Lesoleil