PARTAGER

De l’avis quasi général, Cheikh Mbengue le «super» latéral gauche du temps d’Amara Traoré qui totalise 15 sélections, est loin d’atteindre le maximum de son potentiel avec Alain Giresse.

Un coup de mou ! Pourtant performant en club, Cheikh Mbengue est en régime sec en équipe nationale depuis le match contre l’Angola à Lunda, en éliminatoires du mondial 2014. Le latéral gauche de Rennes, alors à Toulouse Fc, a effectué une entrée triomphale en sélection, sans prendre trop de temps pour marquer ses pas. C’est parti crescendo avec une titularisation contre le Cameroun à Yaoundé, dans un match couperet des éliminatoires de la Can 2012. C’était difficile. «Sur le match, je pense que je m’en suis bien sorti. C’est un match où on a souffert défensivement, même si l’arbitre ne nous a pas aidés, non plus», avait confié dans la presse sénégalaise. Le Sénégal fait un nul blanc. Sérieux et teigneux sur son côté gauche, le sociétaire alors du TFC a fini de mettre d’accord tous les observateurs. Le Sénégal tient enfin son latéral gauche tant recherché. Du haut de son mètre quatre vingt trois, Mbengue avec un volume de jeu à l’époque considérable (ndlr : 12 matchs, 2 fois remplaçants cette saison) n’a pas fait d’espace à Armand Traoré dans la concurrence sur le flanc arrière gauche. C’est avec cette allure de guerrier qu’il va déposer ses baluchons à sa première Can en 2012, à Bata. «Je n’ai jamais été un joueur talentueux, mais j’ai toujours eu ces qualités d’agressivité et d’engagement», analyse-t-il. Sa combativité sur le terrain ne lui a pourtant pas évité de prendre le sacré coup de Pape Ndiaye Souaré au sommet de sa forme.

Il ne fallait pas faire un break 

Jusqu’à Conakry où le latéral gauche de Rennes a fait un match moyen face à l’Angola, on ne pouvait imaginer qu’il serait relégué sur le banc. Surtout qu’il avait été reconduit au retour à Luanda contre l’Angola. Mais, la démarche de son transfert pour son club Rennes a fait céder sa place à Pape Ndiaye Souaré. Ce dernier n’a pas laissé filer l’opportunité de s’y installer. La bonne performance du défenseur Lillois en club comme en équipe nationale a fini par éclipser Mbengue qui doit convaincre pour reprendre sa place. Il ;est donc sommé d’aller plus haut.

Rewmi