PARTAGER

L’équipe de Diambars, championne en titre de l’élite, n’est pas au mieux de sa forme. Son coach Boubacar Gadiaga l’a reconnu et promet un meilleur visage.

On a vu une équipe de Diambars amorphe et qui manque d’engagement en première mi-temps. Comment jugez-vous l’étendue du travail ?

On le sait, mais il faut d’abord féliciter l’équipe du Casa Sports. Si on n’a pas été bon en première mi-temps, c’est parce qu’ils ont fait ce qu’il fallait. Ils étaient bien organisés avec une bonne densité au milieu de terrain. On a subi toute la première période qui a été fatale. Et on a pris un but.
On a essayé de rectifier le tir en étant beaucoup plus mobile et plus entreprenant. Je pense que c’est en deuxième période  qu’on a bien joué. Même si on a encore pris un but et qu’on a des situations et des sueurs froides. Je suis quand même satisfait de ce qu’on a fait en deuxième mi-temps.
Maintenant, on sait très bien qu’on est loin de nos capacités. On a travaillé hier et avant-hier. Cette rencontre-là est un match de préparation pour nous, pour savoir ce qu’il nous fallait. J’ai fait les changements qu’il fallait. On a un match à Fatick. J’ai un groupe pléthorique. On commencera l’affûtage la semaine prochaine. On n’est pas inquiet, on sait à quel état on est actuellement. Ce match-là est un bon paramètre pour certains joueurs et pour nous du staff.

Et l’absence de Fine Bop et Amidou pour ce match ?

C’est juste qu’on a un match ce soir (samedi dernier). Et, on va repartir pour un match et un tournoi. Amidou Diop, Fine Bop, Simon Diédhiou, Abdoulaye Diène et autres vont jouer là-bas. On joue contre Diamono et j’ai envoyé là-bas un groupe. J’ai un groupe de qualité, il y a du monde. On a un groupe qui est loin d’être à 100%. J’estime qu’on à 70 à 80% de nos moyens. Il y en a qui arrivent des équipes nationales et d’autres qui reviennent de tests. Tout ça fait qu’on a un travail pratiquement à petite dose. Normalement, à partir de la semaine prochaine, on aura tout le groupe. Et on enchaînera sur l’affûtage. Le match de samedi prochain sera peut-être beaucoup plus consistant.

Si on vous dit que cette équipe n’a pas les forces de la Ligue des champions ?

On n’a pas une équipe Ligue des champions ! Bon, la Ligue des champions est encore loin. Il ne faut pas aller très vite. On est en phase de préparation. Il reste encore deux bonnes semaines de travail. Je pense qu’il y a du boulot et ce qu’il faut pour améliorer les choses. Il y a du temps et ce qu’il faut pour faire de bonnes choses. On a pris une bonne leçon avec le Casa Sports. On va retourner à la maison et étudier ce qu’on a appris comme leçon. Et puis essayer d’avancer parce que la Ligue des champions c’est dans trois mois. On pense plutôt au championnat qui reprend dans quinze jours. Aujourd’hui, on cherche une équipe pour jouer d’abord le championnat.

Vous avez des recrues dont trois ont joué aujourd’hui. Quel est le degré d’évolution de l’équipe ?

Il y a beaucoup de choses qui n’ont pas été bien. On sait à peu près de quoi il s’agit. C’est à nous de rectifier le tir. On a du monde et il y a du travail qui reste. On a encore quinze jours pour être prêts, le 16 décembre, à Pikine, Incha’Allah.

On a senti un léger mieux en seconde mi-temps avec les entrées de Matar Fall, Emmanuel Gomis, Salim et Ousseynou Ndiaye. Est-ce à dire que les nouveaux tardent à s’intégrer ?

S’ils tardent à s’intégrer dans le groupe de Diambars ? Aujourd’hui, honnêtement, j’ai mis les joueurs qui sont les meilleurs physiquement. Donc je travaille en fonction des tableaux physiques. Ceux qui ont démarré, ce sont les joueurs qui sont meilleurs physiquement. Matar Fall, Salim et autres sont arrivés, il y a une semaine. On leur laisse le temps de travailler. Aujourd’hui, ils ne sont pas au mieux de la forme. On a quinze jours pour les ramener à un niveau qu’ on espère bien,  le 16 décembre, Incha’Allah.

 

L’AS