PARTAGER

Entre l’équipe du Sénégal de football et celle de Côte d’Ivoire, les joutes ont souvent tourné à l’avantage de la seconde nommée. Les statistiques entre les deux formations n’augurent rien de bon à Casablanca. À moins que… À moins que Papiss Demba Cissé et ses coéquipiers ne se subliment pour signer… le tout premier succès de l’équipe du Sénégal en match officiel face à son homologue ivoirienne. «À Casablanca, il nous faudra un exploit», a d’ailleurs reconnu l’attaquant sénégalais de Newcastle dans un entretien accordé récemment à STADES.

En effet, jamais les Lions n’ont pu prendre le dessus sur les Éléphants en rencontre officielle. Les deux équipes se sont frottées cinq fois et les Ivoiriens se sont imposés cinq fois. À la CAN Tunisie 1965 (1-0), à la CAN Égypte 1986 (1-0), en éliminatoires de la CAN 2013 (4-2 et 2-0) et dernièrement en barrages aller du Mondial 2014 (3-1).

Autre stat qui fait froid dans le dos, lors des trois dernières confrontations entre les deux sélections, l’équipe du Sénégal a toujours concédé la défaite, avec deux buts de retard. Au retour, prévu le samedi 16 novembre prochain, Cheikhou Kouyaté et ses coéquipiers n’auront même pas l’avantage du public. Parce qu’ils vont recevoir l’adversaire à Casablanca, la capitale économique du Maroc.

Autant dire sur terrain neutre. «C’est compliqué d’être dans cette situation et de ne pas pouvoir jouer à domicile. Même s’il y a du public, ça ne sera jamais le stade rempli comme c’est le cas quand on évolue à Dakar. C’est un désavantage», a indiqué Alain Giresse. À juste titre est-on tenté d’ajouter. Car le 12ème Gaïndé a beau sonner la grosse mobilisation et promettre le déplacement de pas moins de 300 supporters à Casablanca, il reste que le stade Mohamed V ne sera pas un jardin pour les Lions.

Dès lors, Alain Giresse est conforté dans son idée qu’une qualification du Sénégal face à la Côte d’Ivoire, qui bénéficie quand même d’un confortable matelas de deux buts d’avance, est «un challenge à relever». «Le hasard fait que c’est le même score à remonter pour le Sénégal par rapport à la dernière confrontation (éliminatoires aller CAN 2013, ndlr). Le deuxième match sera un challenge à relever», avait déclaré le coach des Lions, en conférence de presse quelques instants après la défaite (3- 1) de son équipe à Abidjan. Le «challenge» est simple : démentir les stats. Non seulement celles des

confrontations sénégalo-ivoiriennes en match officiel, mais également les leurs depuis qu’Alain Giresse a hérité du banc. En effet, à l’exception de leurs matchs contre le Liberia à Monrovia (0-2) et l’Ouganda (1-0) à Marrakech, les Lions ont systématiquement encaissé au moins un but. S’ils ont toujours inscrit un but, ils en ont mis deux qu’une seule fois, lors de la victoire (2-0) face au Liberia. 2-0, le score idéal pour eux le 16 novembre prochain à Casablanca…

 

Stades