PARTAGER

Meilleur réalisateur (6 buts) d’un FC Metz qui pourrait devenir leader de la Ligue 2 en cas de succès face à Angers ce vendredi (20h00), le Sénégalais Diafra Sakho est devenu footballeur tardivement. Portrait.

On le dit aussi distant avec les médias que prompt à prendre la parole dans le vestiaire. Diafra Sakho confirme les deux versants d’une personnalité bien affirmée, en admettant ne goûter à l’exercice médiatique qu’avec parcimonie. «J’ai eu quelques problèmes avec la presse par le passé, et je fais attention à ma communication», précise l’attaquant. «Pourtant, dans le groupe, aussi bien sur le terrain qu’en dehors, Diafra est un vrai leader, ajoute Albert Cartier, l’entraîneur messin. Il tient très bien ce rôle. Il a très vite compris qu’il lui faudrait beaucoup donner pour espérer recevoir. Il a besoin des autres pour réussir. On lui fait confiance, car c’est un garçon généreux, ambitieux et très travailleur.»metz-diafra

Repéré lors d’un match de quartier à Dakar

Ce goût prononcé pour l’effort, Sakho le juge«naturel, car c’est dans (sa) mentalité.» Il trouve aussi une partie de son fondement dans le parcours atypique de ce footballeur du dimanche, longtemps tourné vers une autre discipline. «Je jouais au foot le week-end avec mes copains, mais le sport que je pratiquais le plus, c’était l’athlétisme (100 et 400 m). Je travaille beaucoup, car je n’ai pas eu la formation classique du footballeur. Un jour, lors d’un match de quartier, j’ai été approché par un observateur de Génération Foot (un centre de formation Dakarois partenaire du FC Metz, ndlr), alors que j’avais 16 ans. Je n’ai pas voulu y aller tout de suite. Quelques mois plus tard, j’ai accepté, les tests ont été positifs, et j’ai intégré le centre.» Un an plus tard, Sakho effectue le grand saut entre l’Afrique et la Moselle, mais sans subir, –«à part pour le climat et la nourriture», précise l’attaquant– les affres d’un tel changement culturel. «A Génération Foot, les programmes d’entraînement sont les mêmes que ceux du centre de formation de Metz. Les joueurs sont préparés pour l’Europe», ajoute Philippe Gaillot, directeur général adjoint du FCM.

Cartier : «Il nous demande les DVD de ses matches»

Et celui qui ne s’imaginait pas devenir footballeur a joué ses premiers matches en L2 lors de la saison 2009-2010 avec les Grenats, qu’il a quittés en 2011-2012 le temps d’un prêt de six mois à Boulogne-sur-Mer. «Cela m’a fait du bien d’aller voir ailleurs, même si j’ai peu joué à cause d’une blessure, et pas marqué une seule fois.» Ce mutisme qui ne lui ressemble pas, Sakho l’a relégué au rayon des mauvais souvenirs en inscrivant 23 buts la saison dernière en National. «Il a vraiment explosé. Il fait tout pour améliorer ses performances. Diafra demande des DVD de ses matches», souligne Cartier.«Je vois ainsi ce que je dois améliorer. C’est sur le plan technique que c’est le plus difficile», glisse Sakho (sous contrat jusqu’en 2015), qui assure n’avoir guère prêté attention aux rumeurs de l’intérêt supposé que Marseille lui prêterait. «Ce qui m’importe, c’est que le maintien du FC Metz soit vite acquis. Et que je confirme ma saison en National…»

 

Lequipe