PARTAGER

Discret en dehors des terrains, le latéral gauche lillois Pape Souaré fait son nid. Costaud dans les duels mais encore timide sur le plan offensif, il vient de se retrouver sous le feu des projecteurs en marquant deux fois en une semaine avant le déplacement du LOSC à Nantes ce vendredi soir (20h30).

En inscrivant ses deux premiers buts en Ligue 1 lors des deux dernières journées de Championnat, Pape Souaré est sorti de l’anonymat. Une tête pour ouvrir la marque à domicile contre Ajaccio (3-0) puis une autre encore sur corner pour offrir la victoire aux LOSC à Montpellier (1-0) ont permis au Sénégalais d’être récompensé de son bon début de saison. Titulaire neuf fois et régulier dans le couloir gauche de la défense lilloise depuis le début de saison, il estompe peu à peu et sans faire de bruit l’ombre de Lucas Digne, son prédécesseur parti cet été au Paris-SG. Pourtant son avenir dans le Nord restait encore sombre il y a peu.

Pape Souaré « J’ai mal vécu mon premier passage à Lille »

Bien que champion de France avec le LOSC en 2010-2011, il n’avait participé qu’à sept rencontres. « J’ai mal vécu mon premier passage à Lille car j’ai peu joué, avoue-t-il. Peut-être est-ce de ma faute en étant trop tendre. Ou peut-être n’avais-je pas le niveau… » Aujourd’hui, il ne regrette pas : « Ce n’est pas une revanche. Ce club m’a formé et m’a beaucoup donné. » Mais entre-temps, il s’est épanoui en prêt à Reims. « Cela m’a servi à obtenir plus de temps de jeu, à enchainer les matches et à découvrir la Ligue 1 », reconnait-il, auteur de vingt-trois apparitions sous le maillot champenois dont vingt en tant que titulaire.

La Coupe du Monde en ligne de mire

Le capitaine lillois Rio Mavuba trouve que pendant ce prêt « Pape Souaré a mûri et peut maintenant tenir le poste car il a progressé et pris confiance en lui ». Pour s’installer dans le onze de départ de René Girard, le défenseur de 23 ans a aussi profité de la dynamique positive de la défense lilloise restée imperméable à huit reprises depuis le début de saison. Soutenu par le milieu Idrissa Gueye, son pote de l’Académie Diambars au Sénégal où il a été formé, Pape Souaré entend maintenant «mieux faire aussi bien offensivement que défensivement » et estime qu’il a « encore une marge de progression ». Un potentiel qu’il pourrait afficher l’été prochain au Brésil si les Lions de la Teranga éliminent la Cote d’Ivoire en barrage.
©Lequipe