PARTAGER
Momo diamé

C’est un flou total. Momo Diamé traine les pieds en sélection, au moment où il est étincelant avec Westham, son club. Un paradoxe.

C’est la contreperformance depuis que Momo Diamé a repris le brassard de capitaine en sélection, sous l’ère Giresse. Le milieu de terrain offensif de Westham était épié par certains observateurs depuis après le match contre le Libéria, en éliminatoire du mondial 2014. Il ne s’est pas ressaisi avant le match contre la Côte d’Ivoire, le 12 octobre dernier. C’est une déception. Le pire de ses matchs en sélection. Il n’a pas échappé aux critiques acerbes des analystes. On lui reproche d’être fébrile, avec des pertes de balles dans la dernière transmission. Bref, il n’a pas sa place en équipe nationale, à en croire certains. D’aucuns ont même réservé une place à la Guillotine pour l’ancien joueur de Wigan, par rapport au changement envisagé par Alain Giresse. Avant de sacrifier ce joueur, il est important de jeter un coup d’œil dans son apport antérieur en sélection. Momo Diamé, si important dans les dispositifs tactiques d’Amara Traoré, est tombé tout bas, sous Giresse : il y a anguille sous roche.

Amara Traoré a fabriqué Momo Diamé 

Le 26 mars 2010, le Sénégal recevait le Cameroun à Dakar, avec le grand Samuel Eto’o. Amara Traoré, alors entraineur des Lions, a aligné dans ses rangs, au niveau de l’entre jeu, un nouveau : Momo Diamé. Le tout nouveau sélectionné, alors joueur de Wigan, n’a pas paniqué. Momo Diamé a tenu la baraque devant Stephane Mbia, Achille Emana et Landry Nguemo. Gros match. Si l’actuel milieu offensif de Westham a réussi son baptême du feu, c’est parce qu’il avait été aidé en grande partie, par Remi Gomis et Guirane Ndao. Avec ces deux joueurs, Diamé ne présentait aucune anomalie dans sa performance, en club, comme en sélection. Le Hammer a sans doute regretté d’être séparé de cette association qui se battait et occupait tous les espaces. C’est avec Joseph Koto qu’on a commencé à voir le relâchement du milieu de terrain de Westham. Le successeur d’Amara Traoré a jeté son dévolu sur Idrissa Gana Guèye, Ricardo Faty pour l’épauler. Jadis ramasseur de balle après les duels de Guirane et Remi Gomis, Momo a reçu de nouvelles consignes : bagarreur et distributeur. Dans son dos, il n’y avait pas de soutien. C’est le même schéma qu’adopte Alain Giresse pour le seul rescapé d’Amara Traoré dans l’entre jeu. Le brassard de capitaine a donné plus de charges à Momo. Au four et au moulin, il s’emmêle les pinceaux. Il n’y a pas de souci à se faire par rapport à son niveau, parce qu’il est régulier dans son club. Mais, les autres fonctionnent-ils au même rythme que lui ? Allez savoir…

 

REWMI