PARTAGER

Pour bon nombre d’observateurs, l’Etat du Sénégal ne devrait ménager aucun effort pour immortaliser Bruno Metsu qui a écrit les plus belles pages de son football.

Le ministre des Sports, Mbagnick Ndiaye, qui a relevé sur le plateau de la TFM, le côté «jovial et taquin» de l’homme, mais aussi son «attachement viscéral au Sénégal», dira que la «meilleure façon de lui rendre hommage, c’est la mobilisation des sportifs».

«Mais aussi, s’est-il empressé d’ajouter, trouver un moyen d’affecter une infrastructure à son nom, en prenant l’exemple du Réal Madrid (dont le stade porte le nom de Santiago Bernabeu, ancien footballeur puis dirigeant espagnol. Il a inscrit 200 buts dans sa carrière, Ndlr).

Demander à toute la génération 2002 de s’organiser pour mettre en place un tournoi. Chaque 31 mai (date de la victoire du Sénégal sur la France, Ndlr) essayer d’organiser un match France-Sénégal pour nous rappeler ce grand Monsieur».

Une idée qui inspire aussi Amadou Ndiaye «Zamadou».

Sudonline