PARTAGER

Jusqu’à Casablanca, l’onde de choc du camouflet des Lions à Abidjan frappera la Tanière. Et des têtes vont sans nul doute tomber. Celles de Lamine Gassama, Lamine Sané, Cheikhou Kouyaté et Mohamed Diamé pourraient être mises à prix.

2-0 en faveur des Éléphants en moins d’un quart d’heure de jeu. Ce scenario inattendu a impacté dans le comportement des Lions sur la pelouse du stade Félix Houphouët-Boigny. Empruntés, hésitants, intimidés, les protégés d’Alain Giresse ont, de l’avis unanime des observateurs, joué la peur au ventre. Au premier rang des «froussards», la ligne défensive, à l’exception notable du latéral gauche Pape Ndiaye Souaré et d’Issa Cissokho, entré en jeu en seconde période.

Face à la presse, à la fin du match qui s’est soldé par la nette défaite (3-1) de son équipe, Alain Giresse a laissé entendre qu’il y aura des changements dans le dispositif et dans le choix des hommes. «On a les données pour le match retour. Il y a des choses qui peuvent effectivement bouger, on est encore à un mois du match retour», a, en effet, déclaré le patron des Lions dans la salle de conférence du «Félicia».

Sous ce rapport, la ligne arrière de l’équipe, celle-là même qui a paniqué face à Gervinho et compagnie, ne devrait pas être épargnée. Les changements dans ce compartiment ont d’ailleurs débuté quand Lamine Gassama a laissé sa place à Issa Cissokho à la 51ème minute. Aujourd’hui, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’arrière-garde des Lions est sur la sellette. En perspective d’un match que l’équipe  du Sénégal doit impérativement remporter par 2-0 pour composter le ticket pour Copacabana, l’attaque est attendue pour marquer des buts et la défense pour ne pas en prendre. Alain Giresse a des solutions de rechange dont pourraient faire les frais, outre Gassama, Lamine Sané et Cheikhou Kouyaté, deux joueurs qui ont, paradoxalement, souvent livré de probantes prestations en sélection, notamment contre la Côte d’Ivoire en 2012 pour le dernier cité.

Parmi les postulants à une place dans l’axe de la défense, il y a évidemment Modou Kara Mbodji, crédité de deux bonnes prestations en juin dernier à Luanda contre l’Angola et à Monrovia face au Liberia lors des 4ème et 5ème journées des éliminatoires du Mondial 2014 dans le groupe J. Toujours pas aligné en match officiel, Pape Mison Djilabodji, excellent avec Nantes, son club français, a donné un aperçu de son potentiel face à la Zambie, en amical en août dernier à Paris. Si l’un (ou les deux joueurs) devait être titularisé à Casablanca pour le match retour contre la Côte d’Ivoire, Lamine Sané pourrait coulisser sur le flanc droit de la défense, poste qu’il a occupé du temps d’Amara Traoré, et Cheikhou Kouyaté glisser dans l’entrejeu, un compartiment où il est également à l’aise. Même si, et Sané et Kouyaté, aiment à rappeler que latéral et milieu de terrain ne sont pas leur poste de prédilection.

Un tel schéma permettrait aux Lions d’avoir un plus grand volume de jeu, car «Yadel», comme on surnomme Cheikhou Kouyaté à Khar Yallah son quartier dakarois, apporterait, en effet, sa technique et sa bonne lecture dans l’animation aux côtés d’Idrissa Gana Guèye, l’un des meilleurs Lions sur la pelouse du «Félicia» le samedi 12 octobre dernier. Ce qui est loin d’être le cas de son «binôme» Mohamed
Diamé. Le capitaine de l’équipe du Sénégal depuis l’intérim d’un match assuré par le DTN Mayacine Mar, aligne les prestations médiocres. Hormis une éclaircie contre la Lone Star à Monrovia, le Hammer n’a jamais réellement convaincu, touchant le fond avec sa prestation quelconque face aux Éléphants.

 

Stades