PARTAGER

Le président de la FSF, Me Augustin Senghor, a été reçu hier au Building administratif par le ministre des Sports. Au menu, le bilan de Côte d’Ivoire / Sénégal de samedi dernier et la préparation de la manche retour à Casablanca, le 16 novembre.

«Lundi, nous allons avec la fédération, caler le budget du match retour. Il y a des paramètres que nous ne maitrisons pas pour le moment mais d’ici là, la fédération va nous donner tout ce qu’il faut pour la délégation officielle.

Et dès le mercredi, nous allons, avec la fédération, partir au Maroc pour préparer le match. C’est-à-dire, mettre l’équipe nationale dans d’excellentes conditions de préparation pour relever le défi du match retour. Notre objectif est la qualification mais nous voulons véritablement voir un autre visage du football sénégalais à travers des jeunes avec un engagement plus poussé», a expliqué Souleymane Boun Daouda Diop, le DHC du ministère des Sports au sortir de la rencontre.

Me Augustin Senghor, président de la FSF, a abondé dans le même sens : «La rencontre avait pour objet de faire l’évaluation de la première manche du match contre la Côte d’Ivoire. Il était important de faire tous les aspects liés à l’organisation du match, voir ce qui n’était n’a pas marché. Et dans l’ensemble ce qui a été retenu c’est que dans la préparation à tout point de vue aussi bien l’Etat que la Fédération, chacun s’est impliqué pour que tout se déroule bien. Il a fallu aussi faire une analyse technique du résultat puisque nous étions dans une confrontation qui devait nous mener à la Coupe du monde.

Au moment du match tout n’est pas passé comme on aurait souhaité. Il s’agissait de réfléchir sur les voies et moyens pour aborder de manière efficiente la deuxième phase.

Durant la première phase beaucoup de points laissaient à désirer. Aujourd’hui, nous avons encore des chances de nous qualifier il faudrait essayer de jouer nos chances à fond, arriver le 16 (novembre) à une organisation parfaite pour que les joueurs puissent nous sortir un match d’une autre veine et pour nous assurer une qualification ou une prestation qui permettrait aux Sénégalais de croire en eux et en l’avenir de cette équipe.  Même s’il est vrai que la faveur des pronostics revient aux Ivoiriens, sur leur prestation intrinsèque il n’y avait pas la place à autant de buts. Nous devons faire les correctifs nécessaires et essayer de discuter avec l’encadrement technique et les joueurs pour les booster à nouveau».

 

Stades