PARTAGER
Henri Saivet

Henri Saivet a répondu aux questions de girondins.com. Le milieu bordelais évoque le match face à Lyon dimanche. Il souhaite continuer sur la lancée de Sochaux. Henri nous parle aussi de sa sélection et du choc face à la Côte d’Ivoire, qualificatif pour la Coupe du Monde.

Bonjour Henri. Le match de Sochaux avait donné confiance au groupe. Comment l’entretenir pendant la trêve ?
Il faut continuer de travailler sérieusement. Nous voulons poursuivre sur notre lancée. C’est vrai, il y a eu de bonnes choses face à Sochaux et nous ne devons pas jeter le contenu de ce match. Nous continuons de nous entraîner avec beaucoup de sérieux, le chemin est encore long. Paris ne s’est pas faite en un jour. Il nous faut retrouver la solidité défensive qui nous fait défaut en ce moment. Cette saison, nous prenons beaucoup de buts.
Contre Sochaux, nous en encaissons un mais il aurait pu y en avoir d’autres. L’important, c’est d’avoir marqué quatre fois. Cela prouve nos qualités offensives. Un gros travail nous attend sur le plan défensif mais le groupe sait désormais qu’il peut marquer à tout moment. C’est un vrai plus.

Lyon a beaucoup d’absents derrière, vous avez retrouvé de l’allant offensif. Un bon présage pour le déplacement à Gerland dimanche ?
Je ne prête pas attention à leurs absences. Nous allons nous concentrer sur notre propre performance, sur ce que nous allons faire sur le terrain. Il faut trouver nos automatismes et garder un bon état d’esprit. C’est cela qui compte. Que Lyon ait des absents, cela m’importe peu. Nous aurons aussi des absents, notammentHenrique. Certes, c’est un élément de ce match, mais nous ne nous y fions pas.
Tu reviens tout juste de sélection. Le Sénégal a perdu le match aller des barrages pour la Coupe du Monde face à la Côte d’Ivoire (3-1). Dans quel état d’esprit êtes-vous avant le retour ?

Nous sommes conscients que cela va être difficile. Mais nous jouons pour une qualification à la Coupe du Monde, rien ne sera facile. Ce serait trop beau. Nous allons tout donner pour une place en Coupe du Monde. Nous  avons réussi à marquer ce but qui nous de l’espoir, à trois buts à zéro cela aurait été compliqué.
Maintenant, tout est possible. Si nous marquons tôt dans la rencontre, cela peut changer le match. Nous ne savons pas dans quelles conditions vont être les Ivoiriens. Nous pouvons le faire à condition d’éviter les erreursdu match aller. Nous pouvons faire mieux que le dernier match et nous allons tout faire pour le montrer.
 Depuis la saison dernière, tu marques de plus en plus régulièrement. Cette saison tu signes de très belles réalisations, te considères-tu comme un buteur ?

Je ne pense pas être un buteur au sens strict du terme. Parfois, je me retrouve dans des situations et des zones où je dois marquer et j’essaie d’être efficace. Ensuite, je fais tout pour me procurer des occasions.
Pour gagner, il faut marquer, c’est pour cela que je me tente ma chance.
Cela m’a souri cette saison, notamment à Lorient, mais rien n’est acquis. La semaine de notre déplacement en Bretagne, nous avionstravaillé les frappes de loin et les prises de risque. Il n’y a pas de secret. Parfois c’est moi qui marque, parfois c’est Cheick (Diabaté, ndlr) ou d’autres, et c’est bien pour l’équipe. Le plus importantc’est le collectif et les points que nous glanons.
Girondains.com