PARTAGER

En 2002, Souleymane Camara était «l’un des plus jeunes» de l’effectif sénégalais qui atteint la finale de la CAN et les quarts de finale de la Coupe du Monde en Japon et en Corée. A l’heure de rendre hommage à son ancien sélectionneur Bruno Metsu, décédé dans la nuit de lundi, l’attaquant de Montpellier se souvient des «beaux moments passés en équipe nationale» :

«Plus qu’un entraîneur, c’était un grand frère pour nous. Ce que j’aimais surtout chez lui, c’est que quand il fallait travailler, on travaillait, mais que quand il fallait rigoler, on rigolait aussi.» Dans sa mémoire, une image forte  : «La causerie d’avant-match contre la France, lors du premier match du Mondial 2002. Cette image m’a tant frappé que j’en parle encore à mes amis. On ne pouvait pas perdre ce match-là, tellement il avait su nous motiver. Il savait trouver les mots justes. Il nous avait aussi montré des images de l’ambiance autour de l’équipe nationale pour qu’on se dépasse. J’en profite pour présenter mes plus sincères condoléances à sa famille au nom de toute l’équipe nationale et du Sénégal.»

 

Lequipe