PARTAGER

«Sous le choc» après la disparition de Bruno Metsu, Claude Le Roy, a néanmoins accepté de nous confier quelques mots. De son ami, il se souviendra avant tout «d’un magnifique sourire et de sa joie de vivre.»

«Très proche» de Bruno Metsu, Claude Le Roy était effondré lorsqu’il a appris sa disparition, mardi matin. «Je suis sous le choc, nous a-t-il confié, quelques instants après avoir appris la triste nouvelle. Il s’est battu comme un lion.» Ami de longue date avec l’ancien coach d’Al Wask Dubaï, l’ex-sélectionneur de la République démocratique du Congo avait du mal à retenir ses larmes. «On avait beaucoup de choses en commun. C’est terrible pour lui, pour Viviane (sa femme) et les petits (ndlr, le couple a trois enfants, Noah, 6 ans, Maeva, 3 ans, et Enzo, 9 ans). C’est surtout à eux que je pense.»
«On avait vécu plein d’aventures ensemble»

De la même génération, amoureux de l’Afrique et des pays exotiques comme son collègue et ami, Le Roy avait de nombreux points communs avec Metsu. «On avait vécu plein d’aventures ensemble, a-t-il ajouté dans un sanglot, se souvenant notamment d’un documentaire qu’ils avaient réalisé à l’époque sur l’épopée du Sénégal lors de la Coupe du monde 2002. Tout paraît tellement dérisoire de dire à quel moment on s’est connus… Je me souviendrai d’un magnifique sourire et de sa joie de vivre. C’est ça qui est terrible quand on apprend la mort.»

Lequipe