PARTAGER

Alain Giresse n’en a pas souvent fait son premier choix, depuis son arrivée aux commandes de la Tanière. Mais dans ce duel face à l’équipe la plus expérimentée d’Afrique, le vécu de Dame Ndoye, a permis aux Lions de compter sur un (rare) homme d’expérience.

L’attaquant du Lokomotiv Moscou a été le Lion le plus présent sur la pelouse du stade Félicia, touchant le plus de ballons, étant le plus dangereux. Dame était partout. Sur le côté gauche en début de match, il a vite permuté avec Moussa Sow, en seconde période, avant d’être recentré par Alain Giresse, derrière Papiss Cissé. Dans le jeu, Ndoye a souvent provoqué, récupérant des coup-francs. On l’a aussi aperçu rouspéter après l’arbitre, venir récupérer les consignes de son coach,

Dame Ndoye sur le bord de la pelouse, également haranguer ses partenaires quand le score était déjà largement à l’avantage des Eléphants. Histoire de ne rien lâcher. Frappant les coups de pied arrêtés, Dame Ndoye, a aussi tenté sa chance de loin sans trouver le cadre, au cours de la seconde période.

On l’a même vu aller chercher le ballon derrière les buts ivoiriens dans les dernières minutes, histoire de ne pas perdre de temps. Et c’est encore lui qui, près de la ligne médiane et au bout du temps additionnel, s’en est allé chercher un dernier coup franc. Celui qui a permis aux Lions de se sentir moins honteux. Mais quand il joue à ce niveau, diable que Dame Ndoye est un cadre de la Tanière. Et les Lions en auront bien besoin pour y croire un minimum, lors de la manche retour.

 

Stades/Galsenfoot