PARTAGER
Diamé-Giresse
Diamé-Giresse

Samedi soir à Abidjan, le Sénégal a été surclassé dans tous les domaines par la Côte d’Ivoire en barrage aller de la Coupe du monde 2014 (3-1). Une rencontre au cours de la laquelle les Lions sont totalement passés à travers, et dont les choix du sélectionneur, Alain Giresse, sont loin d’être étrangers a ce qui a failli tourner à une véritable débâcle.

On nous avait annoncé une affiche de choix entre deux grandes équipes, un choc ou encore une opposition de styles. Mais à vrai dire, il n’y a pas eu match samedi soir au stade Félix-Houphouët Boigny, en barrage aller du Mondial 2014, tant la supériorité de la Côte d’Ivoire sur le Sénégal a été flagrante, presque gênante, du début de la partie jusqu’au coup de sifflet final.

« Seulement » battu sur le score de 3-1, le Sénégal peut même s’estimer chanceux de ne pas être rentré de ce déplacement avec une valise bien plus chargée, tant la prestation des Lions a été indigente. Une prestation à l’image des choix d’Alain Giresse sur le banc de touche, qui a de quoi interpeller.

Absence de joueurs d’expérience

A vrai dire, dès l’annonce de la sélection du technicien français pour ce match, les premières voix dissidentes se sont faites entendre pour pointer du doigt l’absence de joueurs d’expérience, notamment en défense, pour faire face à l’armada offensive ivoirienne. Des joueurs aguerris au combat comme Souleymane Diawara, qui a fait un début de saison convainquant avec l’Olympique de Marseille, ou encore du colosse Mustapha Bayal Sall, qui enchaîne les matches avec les Verts. Deux gabarits sur lesquels le sélectionneur aurait pu s’appuyer pour tenir la dragée haute à Didier Drogba, qui a survolé les débats dans le domaine aérien.

Que dire alors de la nouvelle absence remarquée de Demba Ba ? Une nouvelle fois, Giresse a fait le choix de se passer des services de l’attaquant de Chelsea, certes en manque de temps de jeu. Mais pour un match d’une telle importance, abondance de biens ne nuit jamais. D’autant plus que ce sont des raisons extra-sportives qui privent l’ancien attaquant de Newcastle d’une place chez les Lions. L’intéressé l’a même clairement laissé entendre sur son compte Twitter, Giresse se refusant à parler du cas Demba Ba lors de ses conférences de presse.

Des choix tactiques discutables

L’histoire ne s’arrête pas là. Car si les absents ont fait défaut, les choix du technicien français au moment de composer son onze de départ ont également laissé perplexe. En difficulté avec son club de Lorient, Lamine Gassama a été préféré sur le côté droit de la défense à un Issa Cissokho actuellement en pleine réussite avec Nantes. Résultat, le fébrile Lorientais s’est retrouvé en perdition devant Gervinho, qui tourne à plein régime en ce momentavec l’AS Roma, et qui lui a fait vivre un calvaire. Le latéral droit a craqué dès la 3e minute de jeu, perdant le ballon qui entraîne le penalty… avant de prendre une nouvelle fois l’eau dans son couloir sur le but du 2-0.

De son côté, le jeune Alfred N’Diaye a été lancé dans le grand bain au milieu du terrain. Limite si le joueur qui appartient toujours à Sunderland n’a pas été laissé en pâture au trio infernal Tioté-Yaya Touré-Serey Dié. Pendant ce temps, Sadio Mané et Henri Saivet rongeaient leur frein sur le banc des remplaçants. Comment expliquer que pour une telle rencontre, le sélectionneur fasse le choix de se priver des rares joueurs créatifs de son effectif, face à des techniciens comme les Ivoiriens. Impossible dans ces conditions de poser le jeu pour faire courir l’adversaire un minimum. L’entrée en jeu de Mané au retour des vestiaires a d’ailleurs coïncidé avec le léger mieux entrevu dans le jeu.

Une attaque amorphe

Et que dire de l’animation offensive ? Pas grand chose si ce n’est qu’elle a été inexistante. Le but de Papiss Cissé n’est qu’un trompe-l’oeil, à l’image du match de l’attaquant de Newcastle, qui est l’ombre du buteur qu’il était la saison dernière. Poussé sur un côté, Moussa Sow n’a pas eu le rayonnement qu’il a avec son club de Fenerbahçe et a souvent perdu pied. De son côté, Dame N’Doye a du déserter son couloir pour venir prêter main forte à ses coéquipiers en difficulté dans l’entre-jeu.

En somme, rien ou presque n’a fonctionné comme prévu et le début de match catastrophique avec ces deux buts encaissés en 15 minutes n’a pas été fait pour mettre les Lions en confiance. Et s’il ne fait aucun doute que les joueurs sur le terrain ont leur part de responsabilité dans cette défaite, Giresse va de son côté devoir se rendre à l’évidence : lui, qui est pourtant passé par le Gabon et la Mali avec une 3e place à la CAN 2012, a failli à sa mission au « Felicia stadium ». Car la jeunesse à elle seule ne suffit pas. Dans ce genre de match, il faut aussi des joueurs d’expérience. Ce que les Ivoiriens, eux, avaient.

©Arik-foot