PARTAGER

Alain Giresse, le sélectionneur des Lions, qui fait de la continuité une méthode de travail, a préféré, pour le match contre la Côte d’Ivoire, déroger à cette règle, en laissant deux joueurs de couloir, Henri Saivet et Sadio Mané, les rares joueurs capables d’apporter de la percussion dans le jeu.

S’il a reconnu en conférence de presse que l’entrée en deuxième période de Sadio Mané a apporté plus de danger dans le camp ivoirien, le sélectionneur du Sénégal a estimé que le scénario inverse aurait pu se passer.

Le sélectionneur national laissait ainsi entendre qu’il était plus sage de renforcer le milieu de terrain, dès l’entame de la partie contre les Eléphants qu’ils voulait faire déjouer dans cette partie du terrain.

En regardant la copie rendue par le milieu sénégalais, on peut dire que sa stratégie n’a pas marché.

A sa décharge, la faute aux erreurs de débutant dès l’entame du match, avec cette perte de balle qui a occasionné le penalty et le but encaissé dès la cinquième minute.

En tout était de cause, si personne n’aurait parié sur la fébrilité maladive de Lamine Gassama au cours de la rencontre , il n’est pas besoin d’être devin pour penser que le joueur de Red Bulls Salzburg est l’un des rares, dans la tanière, à oser attaquer balle au pied. Gassama a été finalement remplacé par Issa Cissokho.

En se passant de ses services, le prédécesseur de Giresse, Joseph Koto, avait perdu la bataille de Dakar contre les mêmes Eléphants. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on peut dire sans risque de se tromper que l’absence de Sadio Mané a beaucoup facilité la tâche à la défense ivoirienne.

Il reste encore des semaines pour tenter de mettre sur pied un scénario pouvant ouvrir au Sénégal la voie du Mondial 2014.

Mais, il faudrait un travail herculéen pour ce groupe qui semble mou face à des Eléphants qui, avec cette victoire, 3-1, ont sans doute repris du poil de la bête, après avoir connu des moments difficiles, ces derniers temps.

Moments marqués par une défaite en match amical contre le Mexique, 1-4, et la faible performance devant le Maroc (1-1), sur la même pelouse, où le Sénégal a perdu 1-3.

La situation est d’autant plus difficile que les Lions vont recevoir loin de leurs bases, sur un terrain en bon état, idéal pour placer des contres, un scénario que les Eléphants maîtrisent à la perfection.

APS

Comments are closed.