PARTAGER
lions

Face aux Ivoiriens samedi à Abidjan, Giresse veut des « Lions » engagés dans la concentration, la lucidité et le sang froid. Trois mots que le coach des «Lions» ne cesse de débiter.

Le match contre la Côte d’Ivoire va se jouer sur trois éléments à savoir : «la concentration, la lucidité et le sang froid », a dit l’entraîneur des «Lions» Alain Giresse. C’est pourquoi le technicien appelle ses joueurs à avoir constamment à l’esprit ces trois éléments durant les 90 mn que va durer la rencontre qui va opposer samedi (17h) les «Eléphants» aux « Lions » pour la manche aller du dernier tour qualificatif au Mondial 2014.

«Le maître mot, c’est la concentration, la détermination, le sang froid, la lucidité, tous les autres éléments d’un match d’une telle intensité et de ce grand niveau», a souligné le coach, hier, à la fin de la dernière séance d’entraînement tenue au stade Maurice Delaune à Goussainville.

A la question de savoir si la gestion des premières minutes ne sera t-elle pas déterminante face aux Ivoiriens qui tenteront de mettre la pression, Alain Giresse répond : «Ce sont les 90 mn qui sont difficiles. Un match se joue de la première à la dernière minute. On ne peut pas dire qu’un match se joue à la première minute ou pas». Pour lui, il faut «être capable» dans ce match de «faire face à toutes les situations de la première à la dernière minute». En clair, Giresse veut un match de guerrier dans la lucidité.  Paraphrasant  Papiss Cissé (voir édition d’hier), il qualifie la rencontre comme celle de l’expérience ivoirienne contre la jeunesse sénégalaise. «Les faits sont là car l’équipe ivoirienne a plus d’expérience que l’équipe sénégalaise», fait-il savoir.

Pour coller à ses mots phares, Alain Giresse a dit que durant la séance d’entraînement d’hier à Goussainville, il a mis «l’accent sur l’état d’esprit» des joueurs pour mieux répondre à «l’intensité» que le match va nécessairement générée. Il estime qu’il faudra que ses joueurs maîtrisent «tous les éléments du match» pour faire face à «toutes les situations de jeu ou autres» et «passer outre pour pouvoir répondre à ce genre demande du match».

Alain Giresse a donné de la voix

Durant toute la séance marquée par une opposition  onze contre onze dans un terrain réduit durant la première partie, Alain Giresse a donné de la voix. Il n’hésitait pas parfois d’arrêter le jeu pour s’adonner à des explications. Comme lorsque le milieu de terrain de l’équipe aux dossards jaunes a perdu le ballon, occasionnant un but de Moussa Sow. Le coach leur a rappelé que ce sont ces genres de situation qu’il ne faut pas faire durant le match. «Je vous l’ai dit : il ne faut jamais perdre le ballon au milieu de terrain», hausse-t-il la voix à peine audible de l’autre côté de la tribune des spectateurs où a campé une poignée de journalistes sénégalais. Il a également haussé un peu le ton quand Dame Ndoye a abandonné son côté droit pour venir chercher la balle du côté gauche laissant ainsi un grand boulevard. Ce genre d’arrêt de jeu a ponctué la séance d’entraînement. Interrogé, Alain Giresse donne ses explications : «J’ai fait mon travail. C’est tout. Il faut animer, répondre à la demande de l’entraînement. Ce n’est ni plus ni moins», fait-il savoir.

 

Waasports/Galsenfoot