PARTAGER

Le Sénégal de Modou Sougou, prêté à l’ETG par l’OM cette saison, défient le géant ivoirien pour un ticket pour le Brésil. Un barrage qui s’annonce bouillant, classé à hauts risques par la FIFA, un an tout juste après les incidents à Dakar.

Les souvenirs sont encore vifs. Brûlants. La sélection sénégalaise en paye d’ailleurs toujours le prix aujourd’hui. Son stade Léopold-Sédar-Senghor a été suspendu pour un an et le match retour se jouera… à Casablanca.

L’automne dernier, Ivoiriens et Sénégalais s’étaient déjà retrouvés en barrages, à l’époque pour une qualification à la Coupe d’Afrique des nations 2013. Victorieux 4-2 à Abidjan, les Éléphants menaient 2-0 au retour avant que le match ne soit arrêté. Frustrés et en colère, une partie des supporters sénégalais avaient jeté des projectiles sur la pelouse et enflammé des journaux dans les tribunes.

« Difficile de l’extérieur comme de l’intérieur »

Ce samedi, les deux formations se retrouvent. L’enjeu n’est plus continental mais mondial. « C’est un gros rendez-vous, ce sera très difficile car on va affronter la meilleure équipe africaine actuellement », explique le Haut-Savoyard Modou Sougou.

Lui n’était pas là il y a un an. Alors qu’il évoluait à Cluj, en Roumanie, l’attaquant n’était pas retenu malgré de belles prestations en Ligue des Champions. Mais il n’a pas oublié ce match retour d’octobre 2012.

« Il y a eu des antécédents avec ce pays. Comme je l’ai lu dans les journaux, c’est un match qui a été classé à hauts risques. Ça va être difficile de l’extérieur comme de l’intérieur », illustre-t-il. En effet, 1700 agents de police et de gendarmerie seront déployés et dix-huit check points installés aux abords du stade Houphouët-Boigny.

Hormis ce contexte tendu, les Lions de la Teranga espéraient sans doute un tirage plus abordable que l’épouvantail du football africain de la dernière décennie, pour espérer remettre les pieds au rendez-vous planétaire. « Le but, c’est de faire un bon résultat chez eux pour espérer se qualifier pour le Mondial. Le Sénégal est une nation de football reconnue au niveau international. Ce serait bien pour notre pays d’aller au Mondial. » Mais il devra éliminer son coéquipier à l’ETG, Brice Dja Djedje, forfait samedi (genou). « C’est un frère… mais il le faudra », rigole-t-il.

 

ledauphine