PARTAGER

La liste des 23 Lions est jugée cohérente et logique par les techniciens. Toutefois, ils restent très mesurés quant aux chances de l’équipe du Sénégal face à celle de la Côte d’Ivoire.

MOUSTAPHA SECK, GUÉDIAWAYE FC – «Ce groupe est sur une bonne dynamique»
«Il y a un seul changement opéré, c’est l’entrée de Papiss Demba Cissé à la place de Mame Biram Diouf, blessé. Papiss Cissé revient d’une suspension. Nous avons le même groupe qui a joué les trois derniers matchs. Il y a une certaine continuité dans le travail compte tenu de la proximité du match contre la Côte d’Ivoire. Je trouve que ce groupe est sur une bonne dynamique par rapport aux trois derniers matchs. C’est la raison pour laquelle le coach ne veut pas prendre de risque. C’est un groupe équilibré qui joue ensemble depuis quelque temps. Aujourd’hui, les automatismes sont installés, l’état d’esprit, la sérénité seront consolidés».

LAMINE MBOUP, DAKAR FC – «Giresse ne veut pas d’intrus dans le groupe»
«Giresse a eu le temps de mettre en place son groupe. Il ne voudrait pas mettre d’intrus dans ce groupe qui a qualifié le Sénégal et qui doit le qualifier à la Coupe du monde. C’est une parfaite symphonie. Reste à savoir si les joueurs vont prouver qu’ils ont le niveau de la Coupe du monde. Et s’ils arrivent à éliminer les Ivoiriens, ils peuvent faire des résultats au Brésil. Maintenant, on attend de connaître l’équipe-type qui va battre la Côte d’Ivoire. Et je suis persuadé que Giresse a le 11 de départ dans sa liste, c’est à lui de cogiter et de les mettre en place. Je suis optimiste. Nous sommes des consultants, je lui souhaite bonne réussite. Encore une fois, il a le 11 pour battre la Côte d’Ivoire».

OLIVIER PERRIN, GÉNÉRATION FOOT – «Les Ivoiriens ne sont pas contents de croiser le Sénégal»
«Je pense que Giresse a raison de continuer avec le groupe qui a joué les trois derniers matchs du Sénégal. C’est un coach qui connaît le haut niveau, il a fait ses choix, il faut le respecter. Le match contre la Côte d’Ivoire sera très difficille, c’est une équipe qui a de l’expérience ; il faudra être très prudent le 12 octobre.
Toutefois, même si le Sénégal n’est pas le grand favori, il a des individualités redoutables, qui peuvent faire mal et créer la surprise. Et en ce moment, je vous assure, la Côte d’Ivoire n’est pas contente de croiser le Sénégal. Il y en a même qui sont devenus insomniaques. Aujourd’hui, l’histoire se répéte, tout peut se passer. Mais Alain Giresse saura régler le problème».

PAPE IBRAHIMAFAYE, AS SALOUM – «Je ne suis pas un rêveur»
«Alain Giresse s’inscrit dans la logique de la continuité. On ne peut en effet commencer avec des joueurs puis les laisser en rade. Le coach a pris les mêmes et j’aime la maturité avec laquelle les gosses ont joué le dernier match (contre l’Ouganda 1-0). Ils ont été très prudents. Cependant, je ne suis pas un rêveur, sur le plan sportif et économique, la Côte d’Ivoire est très costaude. Elle a une équipe qui a une certaine longévité et je ne rêve pas de prendre le dessus sur elle. Si les Éléphants nous battent on ne doit pas crier, et si c’est nous qui les battons, c’est un bonus. Mais, la réalité du terrain est la seule vraie. Nous avions battu la France au Mondial 2002, on peut rééditer l’exploit contre les Éléphants. C’est ma position. Partons chez eux humblement et jouons sans complexe».

MALICK DAFF, COACH PORT – «Giresse a pris le bon groupe»
«Alain Giresse a pris le bon groupe. Excepté Papis Demba Cissé qui était suspendu et Mame Biram Diouf blessé, il a reconduit les mêmes hommes qui avaient croisé et battu l’Ouganda (1- 0). En plus, c’est un groupe en nette progression qui veut marquer l’histoire, en se qualifiant au prochain Mondial. Concernant la non-sélection de Demba Bâ, personnellement, je trouve ça logique. C’est un joueur qui ne joue pas présentement avec son nouveau club, car barré en attaque par Fernando Torres. En plus de cela, il y a la venue de la méga star camerounaise Samuel Eto. C’est du 50/50. Néanmoins, je vois le Sénégal franchir ce tour. Mais, à condition que les enseignements du passé soient tirés. Il faut arracher le point du nul à Abidjan, à défaut de décrocher les trois points de la victoire. Ensuite, s’imposer lors de la manche retour. Pour cela, j’appelle tout le monde à l’union sacrée derrière l’équipe. Afin de pousser Alain Giresse et les Lions à la victoire».

 

Stades